Après le succès du tramway, Casablanca va préparer son futur métro aérien en 2014

Le tram de Casablanca fête son premier anniversaire en dépassant son objectif de trafic de 25% avec 100 000 voyages par jour. Au vu de la forte attente des casablancais en transport en commun, les autorités préparent maintenant la construction d'un métro aérien de 15 km. Un projet qui devrait être lancé mi-2014. Coût prévisionnel : plus de 700 millions d'euros.

Partager
Après le succès du tramway, Casablanca va préparer son futur métro aérien en 2014
Tramway Casablanca, un an au compteur

Après le tram, le métro aérien ? En ayant atteint le chiffre de 100 000 voyages par jour en une année, la fréquentation du tramway de Casablanca a vu ses objectifs initiaux, soit 80 000 voyages par jour largement dépassés. Le cumul des passages atteint lui sur un an 22 millions de voyages.

En dépit des inévitables incivilités, accidents et autres soucis de circulation surtout au début, c'est donc un succès pour Casa Tram, la société d'exploitation qui regroupe RATP Dev, Transinvest et la Caisse de dépot et de gestion (CDG). C'est à elle que Casa Transport, l'autorité chargée de la gestion des transports en commun du Grand Casablanca avait confié l'exploitation au terme d'un appel d'offre en juillet 2012.

Après ce projet de 600 millions d'euros en route, la capitale économique du Maroc songe donc à passer à l'étape suivante avec son projet de ligne de métro aérien d'une longueur de 15 km.

"AVANT PROJET"

Cette ligne dejà inscrite au schéma directeur d'urbanisme permettrait selon Casa Transport 400 000 voyages par jour à elle seule grâce à une fréquence de passage élevée en site propre et ce à l'horizon 2018.

Le plan de développement urbain (PDU) veut de plus privilégier l'intermodalité en multipliant les correspondances avec la ligne du tramway au niveau de deux stations et des lignes de bus.

"Néanmoins, précise-t-on à L'Usine Nouvelle chez Casa Transport, le métro aérien est encore à l'état d'avant-projet. Les études s'étaleront jusqu'à la fin du premier semestre 2014. Il faudra entre temps finaliser la convention de financement en sachant que les discussions entre les partenaires sont en cours. Ce n'est qu'à la suite de cette signature que les différents appels d'offres seront lancés." Cela concerne tant les instrastructures que le matériel roulant.

Les études topographiques et géotechniques en voie d'achèvement ont été réalisées par les cabinets Etafat et le laboratoire LPEE. Les études d’avant-projet en cours ont été confiées à la filiale RATP-SNCF Systra, spécialiste français de l’ingénierie des systèmes de transport urbain et ferroviaire qui a aussi assuré la maitrise d'œuvre de la ligne T1 et au CID, un cabinet marocain.

Quant à l’étude d’impact environnemental et social du projet de métro aérien de Casablanca, elle a été confiée par Casa Transport à la société de conseil franco-germano marocaine Phénixa.

"financement en fonds propres"

Le bouclage du dossier de financement pourrait être retardé par l'arrivée d'un nouveau wali (préfet) du Grand Casablanca Khalid Safir en octobre, suite, notamment aux admonestations du roi du Maroc qui dans un discours a jugé cet automne que la gouvernance de la ville laissait fortement à désirer. Khalid Safir, un "X" quadragénaire est reputé être un homme à poigne.

Le projet de métro aérien qui doit transformer la ville de Casablanca est chiffré à au moins 8 milliards de dirhams, hors taxes (712 millions d'euros) avec une partie du financement qui serait assurée en fonds propres par la région, la commune et l’Etat et une autre part par emprunt garanti par l’Etat et la commune. L'Agence française de développement pourrait elle aussi participer à ce tour de table. Pour l'actuel tramway l'AFD a apporté deux tranches de prêts de 11,5 millions d'euros chacune.

En attendant, l'actuel tramway est donc "une belle réussite compte tenu du délai, des conditions de mise en place et de l'opérationnalité du projet" indique à L'Usine Nouvelle, Mathieu Dunant, directeur de la Business Unit Amérique-Afrique chez Ratp Dev.

Le tour de table du projet initial du tramway de Casablanca a été constitué par le ministère des Finances, la Commune urbaine de Casablanca, l'Office national des chemins de fer, la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), la Banque centrale populaire et le conseil de la préfecture.

Outre Ratp Dev qui avec ses partenaires avait donc gagné l'exploitation, le contrat du matériel roulant et de la signalisaiton sur la première ligne de tramway avait été emporté par Alstom avec ses Citadis.

L'inauguration officielle s'était déroulée le 12 décembre 2012 (12/12/12) en présence de Mohammed VI et du Premier ministre français Jean-Marc Ayrault. D’une longueur de 31 km, elle comporte 48 stations d'arrêt en partant de Sidi Moumen et transitant par le centre-ville pour arriver en fourche à Ain Diab et au Quartier des facultés.

"Le résultat en terme de fréquentation valide la qualité des services rendus (par la société d'exploitation Casa Tram NDLR) aux habitants de la ville de Casablanca qui ont été convaincus par l'utilité de ce mode de transport." ajoute Mathieu Dunant.

"Réaliser une ligne de tramway de 31 km en 30 mois, c’est du jamais vu", déclarait à L'Usine Nouvelle Pierre Mongin, le patron de la Ratp, le jour de l'inauguration, il y a un an.

Reste à la rentabiliser. Selon la presse marocaine, Youssef Draiss, le directeur général de Casa Transport a déclaré le 11 décembre, la veille du premier anniversaire de la ligne T1 : "Globalement, nous sommes satisfaits de cette première année, bien que le tramway de Casablanca soit encore déficitaire avec des recettes de 123 millions de dirhams contre des dépenses de 312 millions de dirhams. Le déficit, en cette fin d’année 2013, se chiffre à 189 millions de dirhams".

LA FICHE TECHNIQUE DU TRAMWAY
31 km de longueur
48 stations d'arrêt
60 minutes de durée de trajet de terminus à terminus
Vitesse moyenne de 19 km / heure
Capacité de 250 000  voyageurs par jour
4,5 minutes de fréquence de passage en heures de pointe.

"Il s'agit aujourd'hui de continuer à améliorer le service en augmentant la fréquence des 37 double rames de la ligne" précise Mathieu Dunant.

Ces 37 doubles rames Citadis produites par Alstom à Reichshoffen en Alsace, circulent sur la ligne avec une fréquence de passage entre deux trains de 5 min 15 sec sur le tronçon commun en heure de pointe et de 10 minutes sur les branches avec une vitesse commerciale de 18,1 km/h.

Outre le projet de métro aérien, le SDAU (schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme) et le PDU (plan de déplacements urbains) prévoit aussi un prolongement de la ligne T1 depuis son terminus dans le quartier des Facultés jusqu'au centre d'affaires CasaNearShore. Cette extension portera la longueur de la ligne à 22 km, amputée de son antenne vers Aïn Diab, qui elle sera rattachée à la future ligne T2. Un autre projet à venir.

Nasser Djama avec Pierre-Olivier Rouaud

LE MAITRE D'OUVRAGE
Casablanca Transport en Site Aménagé SA est une société anonyme à conseil d’administration composé de représentants de l’Etat (Ministères de l'Intérieur et des Finances), des Collectivités locales (Région, Préfecture et Commune Urbaine de Casablanca) ainsi que des institutionnels (Fonds HASSAN II, CDG, BCP et ONCF).


LE TRAMWAY DE CASABLANCA VU PAR LE MAITRE D'OEUVRE SYSTRA

(source Systra)

0 Commentaire

Après le succès du tramway, Casablanca va préparer son futur métro aérien en 2014

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS