Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Après le succès de la Leaf, Nissan lance la production de son utilitaire électrique à Barcelone

, , , ,

Publié le

Reportage Le constructeur japonais, allié de Renault, a démarré lundi 5 mai l'assemblage de son van 100% électrique, e-NV200, dans son usine de Barcelone. Avec cet utilitaire, Nissan veut convertir les professionels au zéro émission et reproduire le succès de la Leaf. Un lancement en grande pompe : il s'agit en effet du premier des trois nouveaux véhicules que produira l'usine qui a regagné en compétitivité à la suite des accords signés début 2013 entre direction et syndicats du site catalan.

Après le succès de la Leaf, Nissan lance la production de son utilitaire électrique à Barcelone © Nissan

L'usine Nissan de Barcelone symbole du réveil de l'industrie espagnole ? Dans un pays qui a subi la crise de plein fouet, le lancement de la production d'un nouveau véhicule revêt un caractère tout particulier. De nombreux médias espagnols ont ainsi fait le déplacement ce lundi 5 mai pour assister à la cérémonie organisée entre les deux lignes d'assemblage de l'usine pour le démarrage de la fabrication du e-NV200, version 100% électrique de l'utilitaire NV200 du constructeur japonais.

Gains de compétitivité

A cette occasion, les dirigeants de Nissan, dont le vice-président Andy Palmer, n'ont pas manqué de saluer "les efforts" des travailleurs du site catalan. Début 2013, syndicats et direction étaient en effet parvenu à un accord prévoyant davantage de flexibilité dans les horaires de travail et des salaires plus faibles pour les nouveaux employés. Des gains de compétitivité qui ont permis à l'usine de Barcelone, deuxième site européen de Nissan après Sunderland en Angleterre, de décrocher la production de trois nouveaux véhicules : le van électrique, une berline de segment C avant la fin de l'année et un pick-up à partir de 2016.

Au coeur de l'usine qui emploie plus de 3 500 personnes, le ministre de l'industrie espagnol a de son côté remercié Nissan, qui a investi récemment un total de 431 millions d'euros dans son outil industriel en Espagne, dont 100 millions pour la fabrication du e-NV200 à Barcelone. Ce véhicule sera uniquement produit par le site catalan, avec un objectif de 20 000 unités par an à partir de 2016, et Nissan a prévu de l'exporter vers plus de 20 destinations dont le Japon.

Un deuxième véhicule électrique pour Nissan

Nissan montre ainsi sa confiance dans un marché d'avenir selon lui, celui du véhicule zéro émission. Déjà leader avec sa compacte Leaf, véhicule électrique le plus vendu au monde avec 110 000 unités, le constructeur japonais veut conforter sa position dans ce domaine mais également dans celui de l'utilitaire où il nourrit de grandes ambitions. "Le LCV ("Light commercial vehicle") représente un cinquième de l'activité globale de Nissan, explique le responsable de cette division, Dany Boulenger, notre objectif est de dépasser les 10% de parts de marché dans le monde, contre 6,2% actuellement."

Des atouts pour les pros

Dans sa conception, le e-NV200 est assemblé sur une plate-forme de Leaf légèrement modifiée pour réponde aux exigences d'un utilitaire. La batterie et le moteur sont également empruntés à la compacte et sont importés de l'usine de Sunderland. Principal argument de Nissan pour séduire les professionnels : le coût d'utilisation de son van électrique ne dépasserait pas les trois euros par jour. Autre élément : ce public serait moins soumis à des contraintes liées à l'autonomie du véhicule électrique, ici limitée à 120 kilomètres. "70 % des professionnels utilisant une fourgonnette roulent moins de 100 kilomètres par jour", avance le directeur marketing de Nissan, Julien Foucher.

Mais si Nissan compte sur des politiques publiques incitatives ainsi qu'un développement des infrastructures et en particulier des bornes de recharges dans les pays où il espère comercialiser son van électrique, le constructeur japonais pourrait se casser les dents à l'image de son allié Renault, dont les ventes du Kangoo ZE n'ont jamais réellement décollé. Signe encourageant toutefois, la fourgonnette électrique du japonais, qui sera également proposée en version ludospace pour le transports de passagers, a déjà été sélectionnée pour remplacer une partie des taxis des villes de Londres, New York et, bien sûr, de Barcelone.

 

 

Julien Bonnet, à Barcelone

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle