Après le scandale de la viande de cheval, Hamon à l'offensive sur l'étiquetage des produits élaborés

Un an après le scandale de la viande de cheval, et la mise à jour d'une fraude à l'échelle européenne. Le ministre se félicite que le gouvernement allemand soit favorable à l'étiquetage de l'origine des produits carnés dans les plats élaborés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Après le scandale de la viande de cheval, Hamon à l'offensive sur l'étiquetage des produits élaborés

Benoît Hamon, le ministre en charge de la Consommation, s'est montré incisif, ce mardi 11 février, lors de la présentation à Paris, par les professionnels de l'élevage français et les ministres de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, d'un logo commun pour faire la promotion des viandes françaises. Le ministre a tiré à boulets rouges contre le gouvernement britannique de David Cameron : "Les Britanniques ont été très bavards pendant la crise l'an dernier, et depuis, on n'entend plus personne !".

Il y a un an, la France et l'Europe découvraient en effet l'un des principaux scandales de fraude alimentaire à l'échelle européenne avec la mise à jour de viande de cheval dans des produits élaborés de grandes marques alimentaires (Findus, Nestlé...)."En deux jours, la DGCCRF a mis en évidence cette grande tromperie et la confiance des consommateurs français et européens s'était effondrée", rappelle le ministre.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Retrouvez notre dossier Scandale des plats préparés : la filière viande européenne en question

"Nous serons en infraction"

Le ministre a rappelé que les parlementaires ont inséré dans la loi de Consommation, qui doit être adoptée définitivement ce jeudi 13 février, des éléments concernant un étiquetage obligatoire de l'origine des produits carnés dans les plats élaborés. Une mesure pour l'instant contraire au droit européen : "Si nous l'appliquons, nous serons en infraction", reconnaît le ministre, qui entend ainsi mettre la pression sur la Commission européenne, très timorée sur la question.

"La volonté des parlementaires français est de donner un signal fort sur l'étiquetage de la mention d'origine sur les plats préparés, a indiqué le ministre de la Consommation. Nous avons discuté avec le commissaire Borg (en charge de la Santé et de la Protection des consommateurs - NDLR) et nous lui avons dit que nous étions prêts à discuter du seuil de l'étiquetage à partir duquel il faut mentionner l'origine de la viande incorporée. Mais nous constatons que la Commission retarde déjà l’exécution des mesures d'étiquetage des viandes dans les boucheries. Sur les plats préparés, nous voulons que ça bouge dès le conseil européen du mois de mars !".

Des amendes multipliées par dix

Benoît Hamon s'est notamment félicité que l'accord de gouvernement, en Allemagne, entre la CSU-CDU et SPD incluait la traçabilité de l'origine des viandes dans les plats préparés, ce qui pourrait permettre de donner une nouvelle dynamique à la demande française, qui a peiné à rallier une majorité de pays jusqu'ici.

"Nous avons augmenté de 39 % les contrôles de loyauté sur les produits carnés et les poissons, a par ailleurs rappelé le ministre qui présentait le matin même le bilan d'activité de la DGCCRF. Nous sommes passés de 9 600 à 13 600 contrôles en un an. Nous avons également multiplié par dix les sanctions pour de tels abus. Elles vont passer de 17 000 à 300 000 euros pour une personne physique et de 185 000 euros à 1,5 million d'euros pour une personne morale". Les éventuels fraudeurs sont désormais prévenus.

Patrick Déniel

0 Commentaire

Après le scandale de la viande de cheval, Hamon à l'offensive sur l'étiquetage des produits élaborés

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS