Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Une nouvelle fonction de contrôle de vol sur les Boeing 737 Max 8 et 9 au coeur de l'enquête sur le crash de Lion Air

, , , ,

Publié le , mis à jour le 13/11/2018 À 12H16

[ACTUALISE ] Le 7 novembre, Boeing a révélé avoir adressé une note aux compagnies aériennes sur le comportement à adopter en cas de données erronées en provenance des capteurs d'incidence. Cette note fait suite au crash d'un 737-MAX 8 au large de l'Indonésie opéré par Lion Air. Une information transmise bien trop tard aux compagnies et à leurs équipages, pointe le Wall Street Journal.

Une nouvelle fonction de contrôle de vol sur les Boeing 737 Max 8 et 9 au coeur de l'enquête sur le crash de Lion Air
L'appareil Boeing 737-MAX 8. (Image d'illustration)
© Boeing/DR

Actualisation du 13 novembre : Dans un article, le Wall Street Journal pointe une possible responsabilité de Boeing dans le crash du 737 Max 8 de la compagnie Lion Air, ayant causé la mort de 189 personnes le 29 octobre dernier. D'après le journal économique, Boeing a omis de communiquer auprès des compagnies sur une nouvelle fonction de contrôle de vol des 737-Max 8 et Max 9. Ces dernières n'ont pas pu donc former les pilotes. Ce système automatisé de prévention du décrochage peut, au lieu d'éviter d'élever le nez de l'appareil, l'abaisser dangereusement jusqu'à une perte de contrôle, dans certaines circonstances, en cas de reprise de contrôle manuelle de l'équipage. C'est ce qui aurait pu provoquer la chute brutale de l'avion, quelques minutes après son décollage.

Le mercredi 7 novembre, Boeing a annoncé avoir adressé une note aux compagnies aériennes rappelant aux pilotes le comportement à adopter en cas de données erronées en provenance des capteurs d'incidence à la suite du crash d'un avion de la compagnie Lion Air au large de l'Indonésie. Le 29 octobre, l'appareil s'est abîmé en mer avec 189 personnes à son bord au nord de l'île de Java.

Est-ce une manière détournée pour Boeing d'admettre le rôle du capteur dans l'accident du 737-MAX 8 ? La commission indonésienne chargée de la sécurité dans les transports a indiqué que l'appareil avait reçu des informations erronées provenant de l'un de ses capteurs, a reconnu l'avionneur américain.

Treize minutes après le décollage du vol JT610 de Lion Air, le pilote de l'avion a demandé à faire demi-tour avant de perdre le contact avec les contrôleurs aériens.

Le capteur fournit des données cruciales pour les commandes de vol

Le capteur d'incidence, aussi appelé sonde d'angle d'attaque, mesure l'angle des ailes de l'avion par rapport au flux d'air et fournit des données cruciales pour les commandes de vol. Un angle trop élevé peut provoquer un décrochage de l'appareil.

Selon les enquêteurs indonésiens, l'appareil Lion Air avait enregistré des problèmes techniques lors de ses quatre derniers vols. Au cours du dernier vol avant le crash, les deux sondes d'angle d'attaque de l'avion montraient un différentiel de 20 degrés alors qu'elles doivent être alignées.

246 appareils 737 MAX concernés selon la FAA

Le communiqué de Boeing ne précise pas si sa note concerne uniquement le 737-MAX ou d'autres modèles d'avions.

Selon la Federal Aviation Administration (FAA), le régulateur aérien américain, 246 appareils 737-MAX sont concernés, dont 45 aux États-Unis. Il s'agit de la dernière version du monocouloir 737, best-seller du constructeur aéronautique américain. 

La FAA a également ordonné aux opérateurs de 737-8 et 737-9 de suivre la note de Boeing. Dans cet ordre, le régulateur indique que le problème "pourrait entraîner l’équipage de vol à avoir des difficultés à contrôler l’avion et pourrait conduire à une attitude excessive de piqué, à une perte significative d’altitude et à un possible impact avec le terrain."

Avec Reuters (Tim Hepher à Zhuhai; Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

13/11/2018 - 16h17 -

Qu'attendent l'EASA et la FAA pour "grounder" les avions de ce type dont les capteurs n'ont pas été vérifiés ?
Répondre au commentaire
Nom profil

13/11/2018 - 12h48 -

Ce qui rappelle la programmation des Airbus qui imposent une trajectoire différente de la volonté du pilote lors de la remise des gaz (Accident en Alsace lors d'un vol de démonstration)
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle