Après la taxe EBE, pourquoi il faut revoir notre modèle fiscal

Le gouvernement a accepté de faire machine arrière : il vient de retirer son projet de taxe sur l'excédent brut d'exploitation, le désormais célèbre EBE. Au-delà de cette affaire, c'est la question de la fiscalité dans son ensemble en France qui se pose. Notre pays doit revoir son modèle pour l'adapter aux réalités de notre temps.

Partager
Après la taxe EBE, pourquoi il faut revoir notre modèle fiscal
Pierre Moscovici, le ministre de l'économie, a entendu le cri des chefs d'entreprise sur la taxe EBE.

Ça y est ! Le gouvernement a décidé de retirer la taxe EBE du projet de loi de finance 2014. C’est Pierre Moscovici, le ministre de l’économie qui s’est chargé, dimanche 6 octobre, de rétropédaler sur cette mesure contre-productive pour l’investissement, et donc pour l’industrie. Ne boudons pas notre plaisir : c’est une bonne nouvelle. Le gouvernement a entendu les craintes des industriels, relayées par L’Usine Nouvelle sur cette page "Touche pas à mon EBE !". Ce recul est accueilli avec soulagement dans les rangs du patronat même si tous restent vigilants sur les détails de la surtaxe sur l’impôt sur les sociétés qui se substituera à la taxe EBE.

Notre système fiscal ne tient plus la route

Au-delà de cette affaire, cette cacophonie montre l’urgence de revoir de fond en comble notre système fiscal. Il ne tient tout simplement plus la route, il est devenu anachronique, inadapté aux réalités économiques actuelles. Penser en 1945 pour une économie où tout tournait autour de la transformation de matière première en produit, il se révèle incapable d’embrasser les nouvelles sources de création de valeur. À l’heure du numérique et des services, la richesse, les marges se dénichent dans l’immatériel, y compris pour les bons vieux industriels qui lisent L’Usine Nouvelle.

Les assises de la fiscalité doivent tout remettre à plat

Cette évolution majeure devra être au cœur des Assises de la fiscalité qui devrait se tenir d’ici la fin de l’année selon les vœux du président de la République. Il faudra évoquer sans tabou la question des niches fiscales qui maintiennent en vie, et sous perfusion, des métiers en voie d’extinction. Il faudra, aussi, se demander comment les géants du web (les Google, Amazon, Facebook et autres Apple) peuvent participer à la péréquation nationale (ils profitent après tout des infrastructures collectives, non ?). Il faudra aussi et surtout se demander comment faire peser un peu plus sur la consommation et un peu moins sur les salaires le financement du modèle social français. En fait, ces assises de la fiscalité doivent permettre à notre pays de tout remettre à plat pour faire passer nos modèles social et fiscal du XXème au XXIe siècle. Comment l'écrivait Lampedusa dans le Guépard, "il faut que tout change pour que rien ne change"… sur l’essentiel, a-t-on envie d’ajouter.

Thibaud de Jeagher

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé de certification pure reviewer agro-alimentaire (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 10/06/2022 - CDD - Puteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

973 - EDF RENOUVELABLES

Contrat pour l'opération-maintenance d'un parc photovoltaïque en Guyane.

DATE DE REPONSE 08/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS