Après la Slovaquie, PSA assemblera ses batteries à Vigo et ailleurs

par Gilles Guillaume
Partager
Après la Slovaquie, PSA assemblera ses batteries à Vigo et ailleurs
PSA a commencé l'assemblage des batteries de ses futurs véhicules électriques sur son site de Trnava, en Slovaquie, mais compte par la suite étendre cette activité aux autres grands sites de production du groupe, a déclaré vendredi le directeur industriel du constructeur automobile. /Photo prise le 26 février 2019/REUTERS/Christian Hartmann

Trémery (Moselle) (Reuters) - PSA a commencé l'assemblage des batteries de ses futurs véhicules électriques sur son site de Trnava, en Slovaquie, mais compte par la suite étendre cette activité aux autres grands sites de production du groupe, a déclaré vendredi le directeur industriel du constructeur automobile.

"Dès que les volumes seront plus conséquents, nous aurons une rentabilité qui nous permettra de rapprocher l'assemblage des batteries des autres usines", a dit Yann Vincent en marge d'une visite du grand site de moteurs de PSA à Trémery (Moselle).

Le groupe sochalien achète actuellement les modules des batteries de ses futures voitures électriques au chinois CATL. Les batteries des voitures hybrides rechargeables sont fournies quant à elles par le coréen LG et assemblées à Mulhouse (Haut-Rhin).

Yann Vincent a cité comme autre site susceptible d'accueillir l'assemblage de batteries pour véhicules électriques l'usine de Vigo, en Espagne, ajoutant que la France devrait suivre aussi.

En rapprochant cette activité des différentes usines d'assemblage de véhicules, le groupe économisera sur les coûts de transport alors qu'un kit batteries de voiture électrique pèse pas moins de 330 kilogrammes.

PSA compte sur le développement de nouvelles disciplines liées à l'électrique (assemblage des modules de batteries, coffrage des batteries - réalisé actuellement à Poissy (Yvelines) - moteurs électriques, boîtes de vitesse électrifiées) pour compenser le déclin d'activités traditionnelles comme le diesel et les boîtes de vitesse manuelles.

Le site de Trémery devrait ainsi produire cette année environ 1,7 million de moteurs, contre 1,8 million l'an dernier, à cause de la baisse du diesel qui représentera encore les deux tiers de la production de l'usine cette année, a dit de son côté Marc Bauden, directeur du pôle Trémery-Metz.

(Edité par Benoît Van Overstraeten)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS