Après la démission d'un administrateur, le conseil d'EDF donne son feu vert pour Hinkley Point

Gérard Magnin, membre du conseil d'administration d'EDF, a présenté sa démission à Jean-Bernard Levy, ce jeudi 28 juillet. Soit quelques heures à peine avant le conseil d'administration qui a finalement approuvé la décision finale d'investissement concernant la construction de réacteurs EPR à Hinkley Point, en Angleterre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Après la démission d'un administrateur, le conseil d'EDF donne son feu vert pour Hinkley Point

"Espérons qu’Hinkley Point n’entraîne pas EDF dans un abîme de type AREVA comme certains le craignent. EDF aurait alors perdu sur tous les tableaux". Gérard Magnin - dans sa lettre de démission adressée au PDG d'EDF et publiée par Les Echos - ne pouvait pas être plus clair. C'est bien un désaccord profond sur la question des réacteurs EPR d'Hinkley Point qui aura provoqué son départ, à l'instar de Thomas Piquemal, ancien directeur financier du groupe.

Gérard Magnin, membre du Cese France-Comté Bourgogne, évoque aussi le fait que "le centre de gravité d’EDF se déplace encore davantage vers le nucléaire." "Etant administrateur proposé par l’Etat actionnaire, je ne souhaite pas cautionner plus longtemps une stratégie que je ne partage pas", indique-t-il également.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A LIRE AUSSI

Lors du conseil d'administration qui s'est tenu dans l'après-midi, Jean-Bernard Levy n'a pu compter que sur cinq voix sur les six membres du conseil proposés par l'Etat. Les six administrateurs salariés ont voté contre le projet d'Hinkley Point C. "Quatre administrateurs indépendants sur six devront se prononcer en faveur du projet pour obtenir une majorité de neuf voix (sur 17)", écrit Les Echos. La voix du PDG est prépondérante et entre sur le quota des indépendants. Il restait donc à Jean-Bernard Lévy à convaincre trois des cinq autres administrateurs.

Un défi qu'il a visiblement relevé puisque le Conseil d'administration d'EDF réuni le 28 juillet 2016 a pris la décision finale d'investissement et "donné à son Président l'autorisation d'en assurer la pleine exécution dans le cadre du processus de signatures de tous les contrats et accords nécessaires pour construire les deux réacteurs nucléaires d’Hinkley Point C (HPC) dans le Somerset, au sud-ouest de l’Angleterre", écrit EDF dans un communiqué.

Dans la foulée, Londres a mis un coup de frein à la construction de ces réacteurs EPR. Le nouveau gouvernement, mené par Theresa May, s'est donné jusqu’à l’automne pour prendre une décision sur ce projet.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS