Après la COP21, des PDG réclament (à nouveau) un prix du carbone

Après la COP21, place à l'action. L'Institut Montaigne réunissait le lundi 11 avril PDG de grands groupes français et Laurence Tubiana, négociatrice du climat pour en débattre. Ils sont unanimes : il est nécessaire d’agir vite pour mettre en application les promesses de Paris. A commencer par le prix du carbone.
Partager
Après la COP21, des PDG réclament (à nouveau) un prix du carbone

Depuis la signature de l’accord de Paris en clôture de la COP21, le 12 décembre dernier, "aucun pays n’a reculé sur ses engagements et le dernier plan quinquennal chinois va même plus loin que prévu. […] Paris n’était pas un miracle", se réjouit Laurence Tubiana, ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique, lors du débat organisé par l’Institut Montaigne lundi 11 avril au soir dans les locaux de l’assureur Axa sur le thème de "l’après COP21".

La signature officielle le 22 avril prochain à New-York de l’accord sur le climat est "une piqûre de rappel symbolique, mais une centaine de pays vont signer, précise Laurence Tubiana. Dans chaque secteur, on voit que chacun avance pour mettre en place des mesures."

Ce débat est l’occasion pour les industriels et les entreprises de service de montrer leur bonne volonté pour appliquer les moyens nécessaires afin de maintenir le réchauffement climatique dans des proportions supportables pour la planète (entre 1,5 et 2°C)

Micmac Royal pour une candidate L’ambassadrice française pour le climat Laurence Tubiana, qui a fait l’unanimité en tant que négociatrice avant et pendant la COP21, est finalement candidate pour remplacer la diplomate costaricaine Christiana Figueres à la tête de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Et ce, malgré l’hostilité de la ministre de l’Environnement devenue présidente de la COP21 après le départ de Laurent Fabius pour le Conseil constitutionnel. Depuis, Ségolène Royal a rétropédalé pour indiquer la semaine dernière qu’elle soutenait Laurence Tubiana. Pas la meilleure façon de faire triompher sa candidature…

"Les chinois vont aller dans la bonne direction"

"La chimie est à la fois une partie du problème et à la fois un élément de la solution. Nous avons une responsabilité, reconnaît Jean-Pierre Clamadieu, le président de Solvay. L’enjeu c’est la mise en œuvre concrète. L’environnement énergétique mondial est important : le prix du baril de pétrole peut influencer les mesures."

Et d’évoquer l’hypothèse d’un cours du pétrole à 30 dollars pendant dix ans qui pourrait changer la donne. Solvay s’est engagé à baisser ses émissions de CO2 de 40% d’ici à 2025.

L’optimisme est de rigueur chez Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain. "La COP 21 est un début et une dynamique est lancée. Je suis très optimiste à propos des Chinois. Ils vont aller dans la bonne direction. Beaucoup plus vite que prévu."

Moins optimiste, Antoine Frérot, le patron de Veolia explique que le "grand public n’a pas compris que la COP21 n’était qu’une étape". Il évoque même le retour de quelques articles de climatosceptiques, muets pendant la COP21. Le dirigeant estime que "l’acquis de Paris est le quoi [...] Le comment prendra plusieurs COP." Veolia s’engage sur une division par deux de ses émissions de CO2 d’ici 2020.

Un prix du carbone interne aux entreprises

Le débat est alors lancé sur le prix du carbone. "Tant que polluer n’aura pas de coût, on n’incitera pas à moins polluer. Il faut un coût du carbone", prône Antoine Frérot. Il milite pour un coût du carbone au niveau de l’Union européenne dans un premier temps, en sachant qu’un dispositif mondial est aujourd’hui illusoire. "Le marché du carbone est la brique de cohérence qui manque. Il unifie les initiatives et créé un effet de levier", complète Henri de Castries, le PDG d’Axa et président de l’Institut Montaigne.

"Les entreprises sont très en avance. Il faut que les Etats suivent. On en est à créer un prix du carbone interne", annonce le patron de Saint-Gobain. "Les prix du carbone interne sont un très bon signe", prévient Laurence Tubiana. La négociatrice française milite pour que les transports aérien et maritime, épargnés lors de la COP21, soient aussi concernés par un prix du carbone. La mise en place d’un prix du carbone est "un effort à très long terme", estime-t-elle.

Autre solution : capturer le CO2 pour le rendre inoffensif. "Il faut mettre le paquet, prévient Antoine Frérot. En 2030, on utilisera deux fois plus de charbon. En Inde, trois fois plus. On ne peut pas empêcher les Indiens de se développer. Donc rendons le charbon propre. Les Chinois sont prêts à capturer le CO2. Si on divise le coût de la capture du CO2 par trois ou quatre, on y arrivera." Jean-Pierre Clamadieu veut redonner sa place au gaz, moins polluant que le pétrole. Et Laurence Tubiana s’oppose aux forages de plus en plus profonds et dans l’Arctique pour trouver du pétrole. Elle compte sur les innovations technologiques pour "décarboner". Un sacré challenge pour les industriels.

Olivier Cognasse

0 Commentaire

Après la COP21, des PDG réclament (à nouveau) un prix du carbone

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

AVRIL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS