Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Après-glyphosate, négociations commerciales, bio… Les sujets chauds à suivre au Salon de l’Agriculture

Gaëlle Fleitour , , ,

Publié le

La plus grande ferme de France ouvre ses portes à Paris du 24 février au 4 mars. Au menu, des enjeux économiques entre agriculteurs, fabricants de produits alimentaires et la grande distribution. Mais aussi les prémices de la transition vers moins de pesticides.

Après-glyphosate, négociations commerciales, bio… Les sujets chauds à suivre au Salon de l’Agriculture © SIA/DR

Du 24 février au 4 mars, la plus grande ferme de France ouvre à nouveau ses portes à Paris, à l’occasion du Salon International de l’Agriculture. En dehors de l’évènement populaire et grand public, des enjeux économiques et technologiques majeurs y seront abordés. En premier lieu, la transition vers moins de dépendance aux pesticides, entre le nouveau plan promis par le gouvernement et « le contrat de solutions pour l’avenir » lancé par le premier syndicat agricole, la FNSEA, aux côtés des acteurs industriels qui peuvent lui fournir des solutions (voir notre grande enquête et l'interview exclusive du ministre de l’Agriculture et l’Alimentation, Stéphane Travert, sur les moyens d’y répondre).

Il y sera aussi question des effets des Etats Généraux de l’Alimentation, clôturés fin décembre, qui ont donné naissance à un projet de loi présenté le 31 janvier en Conseil des Ministre, afin de rééquilibrer la valeur en faveur des agriculteurs et mettre fin aux promotions spectaculaires sur les produits alimentaires. Intermarché vient d’ailleurs d’être mis en cause par la Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) pour sa promotion géante sur le Nutella en janvier, qui avait fait polémique.

Des mesures de suivi des négociations commerciales

La loi ne sera pas effective à temps pour les négociations commerciales annuelles entre la grande distribution et l’industrie agroalimentaire, qui se poursuivent jusqu’au 1er mars et susciteront forcément de nouvelles passes d’armes au Salon de l’Agriculture. A l’issue d’une nouvelle réunion tendue le 22 février du Comité de suivi des relations commerciales, Stéphane Travert a d’ailleurs promis qu'un groupe de travail réunirait prochainement l'ensemble des observatoires de prix mis en place par les industriels et distributeurs (Ania, Ilec, FCP, Coop de France, etc.) pour comparer leurs données, sous l'égide de FranceAgriMer ou de l'Observatoire des prix et des marges.

Préparer l’offensive bio

Enfin, pour les coopératives et les grands de l’agroalimentaire, le Salon de l’Agriculture est aussi l’occasion d’échanger directement avec leurs consommateurs, et de valoriser les engagements pris côté RSE. Comme Danone, qui profitera de son stand pour présenter au grand public ses nouveaux produits, dans le cadre de son offensive bio annoncée cette semaine. Tandis que le gouvernement y annoncera peut-être son plan "Ambition Bio", pour atteindre les 15% de surface agricole utile cultivée en bio (contre 6,5% fin 2017), objectif fixé par le Premier Ministre Edouard Philippe.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle