International

Après des mois d'incertitude, Bruxelles finit par prolonger l'autorisation du glyphosate

, , , ,

Publié le

Depuis des mois, les représentants de Etats membres de la Commission europénne ne parvenaient pas à se mettre d'accord sur la ré-autorisation du glyphosate, la substance active présente dans le Roundup de Monsanto. A quelques heures de l'expiration de cette autorisation, Bruxelles a fini par trancher et accorder un sursis de 18 mois à cet herbicide controversé. Fin de l'histoire ? Pas sûr... 

Après des mois d'incertitude, Bruxelles finit par prolonger l'autorisation du glyphosate
Roundup désherbant Le roundup : l’herbicide total de Monsanto. glyphosate
© Jean-Louis Salque

Ils auront retenu leur souffle jusqu'au dernier moment alors que l'autorisation du glyphosate arrivait à échéance demain, jeudi 30 juin. Les industriels du secteur - Monsanto en tête - ont obtenu 18 mois de répit. Face à l'incapacité pour les pays membres de l'Union européenne de se mettre d'accord sur la ré-autorisation de cet herbicide, aussi puissant que controversé, la Commission a tranché, comme le prévoit la réglementation.

Ils ont opté pour une extension temporaire de l'autorisation de la substance active. Une trêve de 18 mois le temps pour l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) de rendre son avis sur la dangerosité du produit. Bruxelles espère que cela mettra un point final à la querelle scientifique entre ceux qui affirment que le glyphosate est cancérogène (le centre international de recherche sur le cancer de l’OMS) et ceux qui affirment le contraire.

Tiède soulagement pour les industriels

Du côté, du glyphosate task force (voir encadré), c'est un timide réconfort… Mais ce n'est pas l'explosion de joie ! "Les évaluations scientifiques approfondies menées par les organismes de réglementation compétents de l'UE ayant clairement établi que le glyphosate ne pose pas de risques inacceptables pour la santé humaine ou pour l'environnement, le renouvellement aurait dû être un processus simple aboutissant à une période de renouvellement de 15 ans", écrit le groupe de travail dans un communiqué. Il concède toutefois qu'une expiration soudaine aurait entrainé de graves conséquences pour les agriculteurs européens.

Le passage en force de la Commission, alors que les Etats membres sont déjà bien occupés à préparer le Brexit, passe mal du côté des écologistes. "Un déni de démocratie", a immédiatement réagi José Bové sur Twitter.

 

 

Pour Foodwatch, Générations Futures et la Ligue contre le cancer : "On peut penser que la Commission gagne du temps par crainte des foudres de l’industrie chimique.  Mais le glyphosate est d’ores et déjà considéré comme probablement cancérogène pour l’homme par le Centre international de recherche sur le cancer de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et le sera toujours dans 18 mois. Il faut donc l’interdire pour protéger la santé des consommateurs et des agriculteurs en appliquant strictement le principe de précaution inscrit dans nos textes européens", écrivent-ils dans un communiqué conjoint.

Les agriculteurs ne seront pas obligés d'abandonner leur bidon de Roundup demain. Mais le compte à rebours est déjà lancé. Rendez-vous dans 18 mois pour suivre (encore) les péripéties du glyphosate !

 

Le glyphosate task force
Le GTF est un  groupe de travail européen au sein duquel une quarantaine d’entreprises du secteur ont conjugué leurs efforts pour travailler au renouvellement de la substance active glyphosate, via le dépôt d’un dossier de renouvellement commun. En France, les membres actifs de ce groupe sont sept entreprises commercialisant dans l'Hexagone des préparations phytopharmaceutiques à base de glyphosate, à savoir Nufarm SAS, Syngenta France SAS, Dow AgroSciences SAS, Adama France SAS, Monsanto SAS, Arysta Lifesciences SA, FMC France (Cheminova Agro France) et Albaugh.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte