Après-crise : l'OCDE recommande la discipline budgétaire à la France

L'économie française est toujours en récession, mais dès à présent l'OCDE prépare la sortie de crise et propose des solutions pour favoriser un retour à la stabilité.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Après-crise : l'OCDE recommande la discipline budgétaire à la France
La France est victime de la sévère récession qui frappe l'ensemble des pays développés, mais s'en sort mieux que ses voisins sur certains points, selon le rapport remis le 28 avril par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et rédigé par Alain de Serres, ancien responsable de la division France/Pologne au sein de l'OCDE, et Peter Jarrett, à la tête de la division des Etudes nationales de l'OCDE.

Sortir de la récession
Selon l'OCDE, la France devrait être moins affectée grâce à ses stabilisateurs automatiques, comme les transferts sociaux qui limitent les répercussions de la crise sur le revenu des ménages « Dans le contexte de crise, le principal défi à court terme consiste à sortir l'économie de la récession en évitant d'avoir recours à des mesures budgétaires qui seraient difficiles à neutraliser par la suite », préconise le rapport. Il salue le plan de relance français car il met l'accent sur l'investissement et la trésorerie des entreprises.

Et la santé des banques y est pour quelque chose. Selon le rapport, elles ne seraient pas en aussi mauvaise posture que celles des autres pays, du fait de la diversité de leurs activités et des pratiques plus prudentes qu'elles pratiquent dans l'octroi du crédit. « Or le système financier demeure la principale source de risques majeurs », précise le rapport.

Malgré tout, la France n'est pas plus prête que les autres pour la reprise. La capacité des acteurs privés à enclencher une reprise avant un redémarrage mondial est limitée. Même si l'OCDE avoue que des incertitudes demeurent quant au moment et à la vigueur de la reprise. « La production devrait de nouveau se contracter tout au long de cette année et les perspectives restent très incertaines pour 2010 en dépit des multiples plans de relance », précise le document.

Haro sur les impôts
Dès les premiers signes de reprise, l'OCDE préconise à la France de mettre en place un programme de réduction du déficit public, pour tenter de retrouver un niveau proche de celui recommandé par le pacte de stabilité européen. Selon elle, le PIB en 2009 devrait atteindre -3,3%, avec un déficit public de 6,7% du PIB.

Pour 2010, le rapport prédit une amélioration, avec un PIB stable (-0,1%). Reste que le déficit devrait se creuser pour atteindre 8,3% en 2010, très loin de l'objectif de 3% du pacte de stabilité européen. Selon les dernières prévisions gouvernementales, le déficit public français devrait grimper cette année à 5,6 % du PIB et se maintiendrait à 5,2 % du PIB en 2010.

La solution la plus adéquate resterait la diminution de dépenses publiques surtout dans les domaines de la sécurité sociale et des administrations locales, par l'intermédiaire de la réforme engagée par la Révision générale des politiques publiques (RGPP).
"Augmenter les impôts aurait un effet limité à moyen terme. Ce n'est pas une solution qui marchera", a commenté mardi 28 avril Peter Jarrett. Reste que depuis le début de la récession aucune mesure n'a été prise par la RGPP. « L'exercice de RGPP devra se montrer plus ambitieux quant aux résultats », précise le rapport.

Relancer l'emploi
D'autres mesures sont évoquées essentiellement dans le domaine de l'emploi, « une hausse du taux d'emploi, l'un des plus bas d'Europe, facilitant les efforts d'assainissement des comptes publics ». Autres propositions : la révision systématiques de toutes les niches fiscales, l'universalisation de certaines prestations familiales et le recentrage des primes pour l'emploi.

L'accent devra être mis aussi sur la compétitivité des entreprises « pour stopper l'érosion des parts de marché françaises dans le commerce mondial ». La solution tient en l'amélioration de la recherche et innovation et la baisse du poids des charges fiscales, sociales et administratives des entreprises.

Barbara Leblanc

A lire aussi
OCDE : des mesures d'urgence oui mais pas sans réformes (03/03/09)

0 Commentaire

Après-crise : l'OCDE recommande la discipline budgétaire à la France

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS