Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Apple va-t-il développer son propre modem 5G et évincer Intel ?

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

De nombreux signaux semblent valider le projet d’Apple de créer son propre modem 5G à l’instar de ce qu’il fait déjà pour le processeur de ses iPhone. Selon Strategy Analytics, la tâche s’annonce si monumentale qu’elle ne pourrait pas se concrétiser avant 2022. Intel, qui fournit aujourd’hui ce composant clé, aurait beaucoup à perdre.

Apple va-t-il développer son propre modem 5G et évincer Intel ?
Modem XMM 7560 d'Intel équipant la dernière génération d'iPhone
© Intel Corporation

Apple va-t-il franchir le Rubicon en développant son propre modem cellulaire 5G ? "Nous entendons parler de cela depuis un moment, rappelle à L’Usine Nouvelle Sravan Kundojjala, analyste au cabinet Strategy Analytics. Historiquement, Apple a raté de nombreuses opportunités d’acquérir une société de modems cellulaires et a choisi de se concentrer sur le développement de ses processeurs d’application. Son importance sur ce marché soutient la thèse selon laquelle il devrait concevoir son propre modem. "

Création d'une équipe de 500 experts

Jamais, les signaux n’ont été aussi nombreux à créditer cette thèse. Selon des informations de Reuters, Apple a rapatrié ses experts en modems cellulaires de sa chaîne logistique pour les placer sous la houlette de Johny Srouji, son directeur du développement des matériels. Profitant des licenciements chez Qualcomm à la suite de l'enterrement de ses velléités dans les puces pour serveurs, le géant californien s’est constitué à San José, en Californie, une équipe de 500 personnes chevronnées en conception de circuits intégrés complexes. Et cette force de frappe pourrait monter rapidement à 1 000 personnes.

Depuis 2010, Apple développe une stratégie d’intégration verticale visant à maîtriser les puces clés de ses produits de façon à se différencier sur le marché. Il se contente toutefois de les concevoir puis d'en confier la fabrication à des fondeurs de semi-conducteurs comme Samsung Foundry ou TSMC. Après le processeur d’application de tous ses terminaux (à l’exception des Mac, toujours motorisés par des processeurs d’Intel), le groupe de Cupertino a peu à peu étendu cette intégration aux contrôleurs de mémoire, au coprocesseur des Mac et plus récemment à un circuit de gestion de l’alimentation des nouveaux iPhone.

Aujourd’hui, Apple se fournit en modems 4G auprès d’Intel et de Qualcomm. Mais il est en conflit avec Qualcomm au sujet des redevances de brevet. Il accuse son fournisseur d’abus de position dominante et refuse de lui payer les redevances exigées pour ses brevets dans les technologies mobiles. Pour le punir, Qualcomm n’a rien trouvé de mieux que de refuser de lui livrer ses modems pour la dernière génération d’iPhone lancée à l’automne 2018, obligeant Apple à dépendre d’un seul fournisseur : Intel. Cet incident a eu l’effet d’un électrochoc sur le PDG Tim Cook, qui aurait alors décidé d’internaliser ce composant clé. Le projet s’inscrit dans une démarche d’indépendance stratégique, et non plus dans le but d’une différenciation sur le marché comme c’était le cas jusqu’ici.

Démarche en vue d'une tranquillité d'esprit

Ashraf Eassa, analyste sur le blog boursier The Motley Fool, l’explique bien : "Même si Apple pourrait bénéficier d'avantages financiers en créant sa propre technologie de modem plutôt que de l'acheter à une tierce partie, je ne pense pas que ce serait la principale motivation, en particulier compte tenu des coûts et risques élevés de la démarche. Il semble qu’Apple essaie de prendre le contrôle d'une technologie essentielle à ses iPhone, qui constituent le gros de ses revenus, et de mettre davantage son destin entre ses mains. Pour être clair, je ne pense pas que le développement de modems en interne va générer un énorme avantage concurrentiel pour Apple. Il ne va pas non plus transformer fondamentalement la structure globale des coûts de ses produits. Ces efforts devraient en fin de compte permettre de contrôler un composant essentiel de l'iPhone. Si j'étais actionnaire d'Apple, je dirais que cet investissement en vaut la peine, même si le seul véritable bénéfice est la tranquillité d'esprit. "

La tâche s’annonce monumentale. "Apple a besoin non seulement de capacités 5G mais également 4G, 3G et 2G pour mettre en service son propre modem 5G, explique Sravan Kundojjala de Strategy Analytics. Il lui sera difficile de mettre en service un modem 5G multimode dans les 24 mois à venir, alors que le marché évolue sans cesse. Apple doit aligner en permanence sa feuille de route sur les fonctionnalités de nouvelles normes. Il doit participer activement au processus de standardisation au sein du consortium 3GPP. En plus du modem, il doit concevoir ses propres composants du frontal radiofréquence dans une certaine mesure afin d’optimiser la conception de ses produits. Enfin, il doit trouver un moyen d’intégrer le processeur d'application et le modem dans la même puce, et trouver le bon équilibre entre ces deux technologies aux paramètres routiers différents. C’est pourquoi nous pensons que son modem maison ne verra pas le jour avant 2022."

Dépendance d'Apple vis-à-vis d'Apple

Ashraf Eassa ne doute pas de la capacité d’Apple à relever le défi. "Apple n’est pas seulement un constructeur d’appareils, explique-t-il. Il conçoit également certaines des puces de ses produits. Ses prouesses en matière de conception de circuits intégrés électroniques sont essentielles à la performance et aux capacités de ses terminaux. Jusqu’ici, Apple a toujours réussi à développer une technologie de puces différenciée et complexe sous la direction de Johny Srouji. Je n'ai pas du mal à croire que la société va non seulement se lancer sérieusement dans la construction de sa propre technologie de modem cellulaire, mais qu’elle réussira aussi à développer d’excellents modems."

Ce développement s’annonce de mauvais augure pour Intel. Le champion américain des puces a fait son entrée dans la chaîne d’approvisionnement de l’iPhone en 2016. Il est devenu en 2018 le fournisseur exclusif de modems pour Apple. Un privilège providentiel qui l’a propulsé dans le Top 3 mondial des fournisseurs sur le marché libre aux cotés de Qualcomm et MediaTek. Mais au prix d’une dépendance à 95% de la firme à la pomme pour son chiffre d’affaires dans cette activité selon Sravan Kundojjala. Il risque de perdre un revenu annuel de 2 à 2,5 milliards de dollars si Apple parvient à créer son propre modem 5G, selon l'analyste de Strategy Analytics.  

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle