Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Apple propulse TSMC à un chiffre d’affaires record de 30 milliards de dollars en 2016

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Pour la première fois, le fondeur taiwanais de semiconducteurs TSMC franchit la barre des 30 milliards de dollars de chiffres d’affaires en 2016. Et engrange un bénéfice record de 10,6 milliards de dollars. Une embellie qu’il doit à son plus grand client : Apple.

Apple propulse TSMC à un chiffre d’affaires record de 30 milliards de dollars en 2016
Morris Chang, PDG de TSMC, savoure sa victoire sur Samsung
© TSMC

Morris Chang, le PDG de TSMC, peut se réjouir. Le groupe qu’il a fondé à Taïwan en 1987 pour fournir des services de fonderie de semiconducteurs, c’est-à-dire de fabrication de puces électroniques en sous-traitance, est au zénith de sa forme. Il a terminé 2016 avec des résultats records : un chiffre d’affaires de 30 milliards de dollars, en bond de 12,4% et un bénéfice net de 10,6 milliards de dollars, en augmentation de 10%.

Part de 60% du marché

TSMC fait beaucoup mieux que le marché qui n’aurait, selon les estimations de TrendForce, progressé que de 2,1% pour atteindre 50,3 milliards de dollars dans le monde en 2016. Le groupe taïwanais s’accapare la part du lion de 60%, contre 55% en 2015, creusant l’écart avec ses deux plus grands concurrents, l’américain GlobalFoundries (chiffre d’affaires de 5,5 milliards de dollars en 2016 selon l’estimation d’IC Insights) et son compatriote UMC (4,6 milliards de dollars).

Sa croissance est tirée par trois domaines d’application : communication (+16%), grand public (+32%) et informatique (+15%). Seule l’industrie reste en retrait avec une progression de 1%.  Les deux générations de technologie de production les plus avancées en 16 et 20 nanomètres représentent 28% du chiffre d’affaires en 2016, contre 20% en 2015.

Exclusivité de fabrication de la puce A10 d'Apple

Ces beaux résultats, TSMC les doit à son plus grand client : Apple. Le Taiwanais a emporté l’exclusivité de la fabrication en technologie de 16 nanomètres du processeur A10, au cœur de l’iPhone 7, alors qu’il partage la production de la génération précédente A9 avec le coréen Samsung. Certes, il a perdu le contrat de fabrication de la puce SnapDragon 820 de Qualcomm au profit de son concurrent coréen. Mais il s’est rattrapé en séduisant près de 60 clients pour son procédé de 16 nanomètres, dont Broadcom, MediaTek, Nvidia, LG Electronics et HiSilicon Technologies, le bras armé de Huawei dans les semiconducteurs.

Mais c’est Apple qui demeure sa principale locomotive. La firme à la pomme, qui développe depuis 2010 les processeurs au cœur de  tous ses produits, à l’exception des Mac, s’impose aujourd’hui comme un acteur majeur des semiconducteurs. S’il vendait ses puces, cela représenterait, selon IC Insights, un chiffre d’affaires de 6,5 milliards de dollars en 2016, en bond de 17% par rapport à 2015. Ce qui en ferait le 13e acteur mondial du secteur, devant Sony (6,4 milliards de dollars), Nvidia (6,3 milliards de dollars), Renesas Electronics (5,7 milliards de dollars) ou encore AMD (4,2 milliards de dollars).

Victoire sur Samsung

Morris Chang voit l’avenir avec d’autant plus de confiance qu’il a emporté aussi l’exclusivité de la fabrication du processeur A11 d’Apple en 10 nanomètres qui sera au cœur du prochain iPhone 7S à lancer en septembre 2017. Il s’attend à une croissance de 5 à 10% par an d'ici 2020. Mais cette dépendance vis-à-vis du géant californien des mobiles est-elle à double tranchant ? Pas vraiment à en croire Mark Ribben. Dans un article sur le blog boursier Seeking Alpha, l’analyste est convaincu de la victoire définitive de TSMC sur Samsung. Selon lui, Apple ne reviendra plus jamais fabriquer ses processeurs chez le Coréen. Plus pour des raisons de confidentialité que pour des considérations de performances technologiques.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle