Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Apple mise sur Intel pour casser le monopole de Qualcomm dans les modems

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Pour deux générations consécutives d’iPhone, Apple fait appel aux modems cellulaires d’Intel au risque d’apparaître en retard sur le marché. Une stratégie qui vise à briser coûte que coûte le monopole de Qualcomm sur le marché.

Apple mise sur Intel pour casser le monopole de Qualcomm dans les modems
L'iPhone X, le modèle phare de la nouvelle génération d'iPhone
© Apple

Les nouveaux iPhone 8, iPhone 8 Plus et iPhone X, lancés par Apple le 12 septembre 2017, font appel à une double source de modems cellulaires : Qualcomm et Intel. C’est la deuxième génération consécutive d’iPhone à le faire, alors qu’auparavant Qualcomm était le seul fournisseur et ce depuis 2011.

Qualcomm en avance de plus d'une génération sur ses concurrents

Cette stratégie de double source est très critiquée par des observateurs car elle met les produits de la firme à la pomme en retard sur les smartphones vedettes concurrents comme les Galaxy S8 et Galaxy Note 8 de Samsung. Mais Ashraf Eassa, analyste et bon connaisseur de l’industrie des semiconducteurs, la défend dans un article sur le blog boursier The Motley Fool, comme une ingénieuse tactique, la seule en mesure de venir à bout du monopole de Qualcomm.

Le modem cellulaire 4G constitue un composant critique des smartphones. Sans ce composant clé, qui assure l'interface entre le terminal et le réseau, pas de possibilité de téléphoner ni d’utiliser les fonctions de données comme internet ou la messagerie électronique en dehors des zones Wi-Fi. Selon Strategy Analytics, le géant américain Qualcomm domine le marché mondial à 51% en 2016, loin devant le taiwanais MediaTek (24%) et le coréen Samsung (10%). Il dispose en plus d’une avance de plus d’une génération technologique sur ses concurrents.

Conflit larvé d'Apple avec Qualcomm

Pour réduire sa dépendance vis-à-vis de Qualcomm, Apple a choisi dès la génération d’iPhone 7 d’ouvrir son marché à Intel, numéro un mondial des semiconducteurs mais un acteur mineur dans les modems 4G avec environ 3% du marché en 2016 selon Strategy Analytics. La reconduction de ce choix pour l’iPhone 8 et l’iPhone X prive cette nouvelle génération d’iPhone d’une connexion dernier cri de classe gigabit, devenue le standard des smartphones vedettes sous Android.

"C'est probablement vrai, mais je doute que, au-delà d'une petite fraction des consommateurs, les acheteurs des iPhone 8 et iPhone X s’en soucieront, estime Ashraf Eassa. D'un point de vue à long terme de la gestion de la chaîne d'approvisionnement, Apple fait absolument le bon choix." Pour l’analyste, c'est dans l’intérêt d'Apple d'assurer un approvisionnement fiable en modems cellulaires. Dépendre d'un seul fournisseur pour un composant aussi critique n’est pas une situation viable. D’autant qu’Apple est en conflit larvé avec Qualcomm au sujet des redevances qu'il lui paie sur ses brevets.

Soutien à Intel dans le développement de nouvelles générations de modems

Aux débuts de l’iPhone 7, Apple satisfaisait 20 à 30% de ses besoins de modems cellulaires auprès d’Intel, une part portée aujourd’hui autour de 50% selon Strategy Analytics. Pour la nouvelle génération d’iPhone, le géant américain des puces est crédité d’une part de 70%. "En rachetant toujours plus de modems à Intel aux dépens de Qualcomm, Apple vise deux objectifs, explique Ashraf Eassa. Un : soutenir financièrement Intel et l’encourager à investir dans le développement de prochaines générations de produits. Deux : réduire d’autant l’argent fourni à Qualcomm afin de le priver de quoi perpétuer sa domination technologique."

Apple ne peut se permettre d’attendre qu'Intel se mette au niveau de Qualcomm pour acheter ses modems. Sans ses commandes, cela risque de ne jamais arriver. Pis : sans le marché de l’iPhone, Intel pourrait être contraint de quitter le marché comme il l’a fait pour les processeurs d’applications mobiles. Ce qui ferait de Qualcomm la seule source indépendante de modems cellulaires. Une situation inacceptable pour toute l’industrie des mobiles.

Stratégie bonne à long terme

"Intel sait qu’il va livrer des millions et des millions de modems cellulaires, explique l’analyste de The Fool Motley. Ceci l’incite clairement à retrancher ses manches pour rattraper son retard sur Qualcomm. Cela est bon pour Apple. A long terme, cela conduira à deux sources équivalentes de modems sur le marché. Pour Apple, cela signifie moins de risque d’approvisionnement et davantage de pouvoir de négociations des prix."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle