Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Apple et Samsung plongent le dragon autrichien des capteurs AMS dans un trou d’air

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Après deux années consécutives de forte progression, le spécialiste autrichien des capteurs à semiconducteurs AMS perd 12% de son chiffre d’affaires en 2016. En cause : le recul de ses deux principaux clients, Apple et Samsung, dans les mobiles. Mais il entrevoit un rebond de 30% en moyenne par an d’ici 2019.

Apple et Samsung plongent le dragon autrichien des capteurs AMS dans un trou d’air
Capteurs de luminosité, l'une des spécialités d'AMS
© AMS

Quand Samsung et Apple, les deux plus gros consommateurs de semiconducteurs au monde selon Gartner, s’enrhument, tous leurs fournisseurs toussent. Et c’est-ce qui arrive à Austria Mikro Systeme (AMS). Après deux années consécutives de forte croissance, tirée par ses deux grands clients, le dragon autrichien de capteurs à semiconducteurs subit un sérieux trou d’air. Il termine 2016 avec un chiffre d’affaires en baisse de 11,7% à 550 millions d’euros, un bénéfice d’exploitation en chute de 36,6% à 93,3 millions d’euros et un bénéfice net en recul de 30,8% à 102,9 millions d’euros.

Dépendance vis-à-vis des mobiles

En cause : le déclin des ventes de ses deux plus grands clients, Samsung et Apple, dont les livraisons de smartphones ont dévissé respectivement de 12,5% et 3% en 2016. La baisse de l’iPhone est même historique depuis son lancement en 2007. Le champion autrichien des semiconducteurs leur fournit des capteurs de luminosité et d’ambiance, des composants qui devraient représenter un marché de 1,3 milliard de dollars dans le monde en 2017 et dont il est le leader mondial selon le cabinet IHS, devant le taiwanais Capella Microsystems, l’américain Broadcom et le japonais Sharp.

AMS paie le prix de sa dépendance, non seulement vis-à-vis de Samsung et Apple, mais aussi vis-à-vis des applications dans les mobiles et le grand public qui représentent 51% de son chiffre d’affaires en 2016. Le PDG Alexander Everke, qui a pris les rênes de l’entreprise en mars 2016, s’attelle à diversifier les marchés dans l’automobile, le médical ou l’industrie où des opportunités s’ouvrent du fait du développement de l’Internet des objets.

Expansion de l'outil industriel

Malgré cet accident de parcours,  la direction reste confiante dans l’avenir et maintient son objectif de croissance moyenne de 30% par an pour franchir la barre de 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2020 et atteindre une marge d'exploitation de 30%, contre 17% en 2016. Pour cela, la société poursuit ses acquisitions ciblées pour compléter son portefeuille de produits, élargir sa clientèle ou étendre son champ d’application. En 2016, elle a mené pas moins de quatre opérations, la plus importante étant le rachat en octobre 2016 du spécialiste helvético-finlandais d’imageurs à temps de vol, Heptagon, pour 845 millions de dollars. L’objectif est clair : se placer en bonne position pour tirer profit du développement annoncé des caméras 3D dans les mobiles, la télévision, les jeux vidéo ou les objets connectés pour des applications d’interface gestuelle, de reconnaissance faciale, d’identification biométrique ou de réalité virtuelle et augmentée. L’impact de cette acquisition stratégique va se traduire par un chiffre d’affaires supplémentaire de 300 millions de dollars en 2017.

Pour accompagner son développement, AMS est en train de muscler son outils industriel, composé aujourd’hui de deux usines de fabrication de puces sur tranches de 200 mm de diamètre, l’une à Graz, en Autriche, l’autre (héritée du rachat de Heptagon) à Singapour, et d’une usine de test et packaging  aux Philippines. L’usine de Graz tourne aujourd’hui à pleine capacité. Le plan d’expansion initié par Heptagon en 2016 à Singapour se poursuit en fonction de la demande du marché avec un investissement de 250 millions de dollars en 2 ans. Mais le projet industriel le plus ambitieux réside dans l’ouverture au second semestre 2018 d’une usine de 200 mm à Utica, dans l’Etat de New York.

 

Les chiffres clés d’AMS en 2016

Effectif : 3 300 personnes, dont 830 ingénieurs

20 centres de R&D répartis en Autriche (1), Suisse (2), Itale (2), Espagne (1), Allemagne (4), Belgique (1), Royaume-Uni (2), Pays-Bas (1), Portugal (1), Finlande (1), Etats-Unis (2), Inde (1) et Japon (1)

2 usines de fabrications de puces de 200 mm, l'une à Graz (Autriche), l’autre à Singapour

1 usine de test et de packaging aux Philippines

8000 clients, dont Apple et Samsung

Chiffre d’affaires en 2016 : 549,9 millions d’euros (-11,7%)

Répartition: mobiles et grand public (51%), Industrie eu automobile (49%)

Bénéfice d’exploitation : 93,3 millions d’euros (-36,6%)

Bénéfice net : 102,9 millions d’euros (-30,8%)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle