Apple et Google s'allient pour racheter les brevets de Kodak

Après l'échec de leurs offres séparées à l'été 2012, les deux géants californiens Apple et Google feraient une proposition commune de 500 millions de dollars pour acquérir 1100 brevets de Kodak.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Apple et Google s'allient pour racheter les brevets de Kodak

Opposés sur les marchés des smartphones et des tablettes , Apple et Google seraient prêts à s'allier pour acquérir plus de 1000 brevets de Kodak. Les deux groupes proposeraient 500 millions de dollars (393 millions d'euros), croit savoir Bloomberg, qui cite une source proche du dossier.

Il s'agirait du minimum nécessaire pour que Kodak échappe à la faillite. Le spécialiste américain des services à la photographie, au cinéma et à la radiologie a en effet conclu un accord de financement avec ses créanciers, avait révélé début novembre le Wall Street Journal.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'accord, qui reste soumis à l'approbation de la justice, prévoit 793 millions de dollars de crédits pour Kodak, à condition que la société parvienne à vendre pour au moins 500 millions de dollars (393 millions d'euros) son portefeuille de brevets, qu'il cherche à céder depuis plus d'un an.

Kodak a demandé en janvier à bénéficier de la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, afin de se donner le temps de trouver des acquéreurs pour ses brevets dans la photographie numériques.

Apple et Google avaient émis des offres séparées l'été dernier, sans succès. Les partenariats entre deux concurrents sont monnaies courantes quand il s'agit d'acquérir des brevets, rappelle Bloomberg. Ces alliances permettent d'éviter des poursuites potentielles en contrefaçon en passant des accords de licences croisés.

Un groupe constitué par Apple, Microsoft, Research in Motion (RIM) et Sony s'étaient par exemple formé en juillet 2011 pour racheter 6000 brevets télécoms du canadien Nortel pour 4,5 milliards de dollars, faisant échouer l'offre de Google à 900 millions de dollars.

Julien Bonnet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS