Apple contraint Foxconn à un plan d’économies et de réduction des effectifs

Confronté à une baisse des commandes d'Apple pour fabriquer ses iPhone, le géant taïwanais de la sous-traitance électronique Foxconn est contraint à un plan d’économie.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Apple contraint Foxconn à un plan d’économies et de réduction des effectifs
Siège de Foxconn à Tucheng, près de Taipei, à Taiwan

Apple plonge Foxconn dans la tourmente. Confronté à une baisse des commandes de fabrication de l’iPhone, le géant taïwanais de la sous-traitance électronique, qui emploie 1,2 million de personnes dans le monde et affiche un chiffre d’affaires de 152,2 milliards de dollars en 2017, est contraint à un plan d’économies. A la clé, la réduction des coûts d’exploitations de 20 milliards de yuans, l’équivalent de 2,9 milliards de dollars en 2019, et la suppression de 10% des postes dans les fonctions non techniques, selon Bloomberg.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Plus gros sous-traitant d'Apple

Dans le communiqué de presse officiel, envoyé à L’Usine Nouvelle, Foxconn ne confirme pas les chiffres cités par l’agence américaine de presse. Il ne les nie pas non plus. Il se contente de préciser que les économies envisagées concernent uniquement des postes

administratifs, de process ou de logistique et seulement les divisions et filiales qui n’auront pas atteint leurs objectifs en 2018. Ne sont touchés ni la R&D, ni le développement de nouveaux produits, ni les investissements de capital-risque.

Foxconn, dont le nom officiel est Hon Hai Precision Industry, s’est développé dans le sillon d’Apple dont il est devenu le plus gros sous-traitant et le fabricant attitré de la grande majorité des iPhone. Il fournit également ses services à d’autres équipementiers électroniques majeurs, dont Sony, HP Inc et Dell Technologies. Il produit aussi les téléphones et smartphones Nokia de la société HMD Global, créée en 2016 sur les cendres des mobiles de Microsoft rachetés au constructeur finlandais.

L’empire industriel taïwanais, fondé par Terry Gou en 1974, pêche par sa dépendance vis-à-vis du géant californien des mobiles, qui représenterait plus de la moitié de son chiffre d’affaires. Depuis quelques années, son PDG-fondateur s’emploie à le diversifier dans les écrans plats, les composants électroniques, les semi-conducteurs et mêmes les équipements de production. La prise de contrôle en 2016 du groupe japonais d’électronique Sharp s’inscrit dans cette stratégie.

Maintien des Objectifs financiers

Dans son communiqué, Foxconn se montre confiant sur les perspectives économiques et la résolution du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine d’une façon amicale. Il mise sur ses investissements dans des domaines porteurs comme l'analytique, l’intelligence artificielle ou l’automatisation pour atteindre ses prévisions d’allocation de ressources et poursuivre une croissance durable.

Selon les prévisions de Thomson Reuters, il devrait terminer 2018 avec un chiffre d’affaires de 163,4 milliards de dollars, en hausse de 7,4%, mais avec une marge d’exploitation en recul à 2,5%, contre 3% en 2017. L'objectif de la diversification est de sortir du carcan de la sous-traitance et se développer dans des activités à plus fortes marges.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS