Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Apix Analytics miniaturise les analyseurs

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Made in France

l’opportunité


Le chiffre d’affaires annuel du marché de l’équipement pour l’analyse de gaz s’élève à 1 milliard d’euros, selon Apix Analytics. Qui espère ouvrir la voie à de nouvelles applications.

Air Liquide, Engie, le CEA, trois fonds d’investissement… En mai dernier, Apix Analytics a bouclé une levée de fonds de 3,7 millions d’euros avec un prestigieux tour de table. L’ambition de cette start-up grenobloise ? Révolutionner les outils d’analyse de gaz grâce à la miniaturisation. "La chromatographie en phase gazeuse est la technologie de référence pour connaître la constitution d’un mélange de gaz, mais elle n’avait pas évolué depuis vingt ans, explique Philippe Andreucci, le PDG et cofondateur d’Apix Analytics. Il fallait amener l’échantillon à l’analyseur, un très gros équipement placé en laboratoire. Notre vision était de faire le chemin inverse, afin de mesurer en temps réel et de démocratiser les usages."

%%HORSTEXTE:13%%Grâce aux technologies mises au point par deux laboratoires de recherche experts en nanotechnologies, le français CEA – Leti et le californien Caltech, la société a été créée fin 2011. Baptisée alors Apix Technology, elle visait les secteurs de l’industrie et du biomédical. Ce dernier, nécessitant trop de capitaux, a été provisoirement abandonné.

Depuis un an, Apix Analytics se focalise donc sur des applications industrielles (mesure de la qualité des gaz, pétrochimie…), environnementales et de sécurité ­– défense (agents neurotoxiques, accidents chimiques…). Ses analyseurs multigaz seront testés jusqu’à la fin de l’année par une dizaine de clients américains et français avant d’être commercialisés. L’entreprise de neuf salariés espère générer plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires dès l’an prochain, et dépasser les dix millions d’ici trois à cinq ans, tout en atteignant l’équilibre financier sous deux ans. Elle mise sur le développement de nouvelles applications, comme les mesures de l’exposition des travailleurs aux composants volatiles. 

L’innovation


La start-up a divisé par dix la taille des chromatographes en phase gazeuse en parvenant à intégrer sur silicium des sous-ensembles clés, une technique utilisée pour passer de l’électronique à la microélectronique. Elle a également développé des détecteurs de taille nano, les Nems (nano electro mechanical systems).

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle