L'Usine Agro

Aoste, Justin Bridou et Cochonou ne sont plus chinois mais mexicains

Publié le

Campofrio et ses marques phares Aoste, Justin Bridou et Cochonou, viennent de passer sous pavillon mexicain après avoir été propriété du chinois Shuanghui durant quelques semaines seulement...

Aoste, Justin Bridou et Cochonou ne sont plus chinois mais mexicains © Salaisons du Val d’Allier

Valse des propriétaires en quelques mois pour le salaisonnier espagnol Campofrio et ses marques françaises Aoste, Justin Bridou et Cochonou. Après que sa maison mère, l’américain Smithfield Foods, a été rachetée par le chinois Shuanghui en septembre dernier, Campofrio vient de faire l’objet d’une offre publique d’achat (OPA) amicale de la part du groupe alimentaire mexicain Sigma (Alfa Sab).

Selon l’AFP, Sigma a acquis un total de 228 775 actions au prix unitaire de 6,80 euros, soit 1,56 milliard d'euros, citant un communiqué transmis au gendarme de la bourse espagnol CNMV.

Sigma, l'un des principaux producteurs de saucisses aux Etats-Unis, s'était récemment assuré d'obtenir 45,8% du capital social de Campofrio auprès notamment du fond Oaktree (27,92%), de la famille Ballvé (12,4%), fondatrice de Campofrio, et de Caixabank (4,17%).

Une fois assuré cet appui des actionnaires de références, Sigma a lancé une OPA amicale sur les quelque 55% restants, au prix de 6,8 euros par action, soit une prime de 10% par rapport à son cour de clôture de mercredi 13 novembre. Le titre a terminé en forte hausse de 11,71%, le lendemain, à 6,87 euros.

Chute du bénéfice

Le groupe ne précise pas la part qu'il a acquise auprès du groupe alimentaire chinois Shanghui, qui possédait 37% du capital de Campofrio et qui devait réduire sa part à moins de 30% après avoir exclu une OPA sur le groupe espagnol.

L'accord prévoit de maintenir Pedro Ballvé pour cinq ans, à la présidence.

Sigma est implanté dans 10 pays d'Amérique latine et emploie 30 000 personnes.

Selon l’Institut français du porc (Ifip), Campofrio ne rentrait pas dans la stratégie du Chinois Shuanghui, qui avait surtout racheté Smithfield pour ses capacités d’abattage de 30 millions de porcs chaque année aux Etats-Unis. Le groupe espagnol est par ailleurs depuis plusieurs années en difficultés. Campofrio a vu son bénéfice net chuter de 61% (sur un an) à 1,8 million d'euros, au cours des neuf premiers mois de l'année. Il impute cette contre-performance à une augmentation du prix de la viande.

Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte