Aoste, Justin Bridou et Cochonou ne sont plus chinois mais mexicains

Campofrio et ses marques phares Aoste, Justin Bridou et Cochonou, viennent de passer sous pavillon mexicain après avoir été propriété du chinois Shuanghui durant quelques semaines seulement...

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Aoste, Justin Bridou et Cochonou ne sont plus chinois mais mexicains

Valse des propriétaires en quelques mois pour le salaisonnier espagnol Campofrio et ses marques françaises Aoste, Justin Bridou et Cochonou. Après que sa maison mère, l’américain Smithfield Foods, a été rachetée par le chinois Shuanghui en septembre dernier, Campofrio vient de faire l’objet d’une offre publique d’achat (OPA) amicale de la part du groupe alimentaire mexicain Sigma (Alfa Sab).

Selon l’AFP, Sigma a acquis un total de 228 775 actions au prix unitaire de 6,80 euros, soit 1,56 milliard d'euros, citant un communiqué transmis au gendarme de la bourse espagnol CNMV.

Sigma, l'un des principaux producteurs de saucisses aux Etats-Unis, s'était récemment assuré d'obtenir 45,8% du capital social de Campofrio auprès notamment du fond Oaktree (27,92%), de la famille Ballvé (12,4%), fondatrice de Campofrio, et de Caixabank (4,17%).

Une fois assuré cet appui des actionnaires de références, Sigma a lancé une OPA amicale sur les quelque 55% restants, au prix de 6,8 euros par action, soit une prime de 10% par rapport à son cour de clôture de mercredi 13 novembre. Le titre a terminé en forte hausse de 11,71%, le lendemain, à 6,87 euros.

Chute du bénéfice

Le groupe ne précise pas la part qu'il a acquise auprès du groupe alimentaire chinois Shanghui, qui possédait 37% du capital de Campofrio et qui devait réduire sa part à moins de 30% après avoir exclu une OPA sur le groupe espagnol.

L'accord prévoit de maintenir Pedro Ballvé pour cinq ans, à la présidence.

Sigma est implanté dans 10 pays d'Amérique latine et emploie 30 000 personnes.

Selon l’Institut français du porc (Ifip), Campofrio ne rentrait pas dans la stratégie du Chinois Shuanghui, qui avait surtout racheté Smithfield pour ses capacités d’abattage de 30 millions de porcs chaque année aux Etats-Unis. Le groupe espagnol est par ailleurs depuis plusieurs années en difficultés. Campofrio a vu son bénéfice net chuter de 61% (sur un an) à 1,8 million d'euros, au cours des neuf premiers mois de l'année. Il impute cette contre-performance à une augmentation du prix de la viande.

Adrien Cahuzac

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS