Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Antoine Frérot, DG de Veolia Environnement: confirmer les positions du groupe

, , ,

Publié le

Antoine Frérot, DG de Veolia Environnement: confirmer les positions du groupe © DR

Succéder à Henri Proglio, PDG historique du leader mondial de l'environnement nommé récemment à la tête d'EdF, est une lourde tâche. Mais Veolia n'est pas inconnu d'Antoine Frérot, loin de là. Ce fidèle de Proglio, discret mais efficace X-Ponts, oeuvre dans la maison depuis vingt ans et devrait rester dans la lignée de la stratégie dessinée par son prédécesseur. Ainsi, à l'instar de l'ancien dirigeant, Antoine Frérot ne séparera pas la branche transport des trois autres activités du groupe : l'énergie, les déchets et l'eau. Mieux, l'un de ses enjeux de l'année sera de faire entrer en Bourse la division transport, actuellement en phase finale de rapprochement avec Transdev, la filiale de transport public de la Caisse des dépôts et consignations. L'ensemble pèsera environ 8 milliards d'euros, pour quelque 130 000 salariés.

Mais la priorité en 2010 de ce quinquagénaire, qui a dirigé la branche Eau de Veolia Environnement ces sept dernières années, est de conserver la distribution d'eau potable en Ile-de-France. Le groupe alimente la région depuis 1923, et ce sont 371 millions d'euros de revenus pour Veolia qui sont remis en jeu par le Syndicat des eaux d'Ile-de-France. Ce contrat est aussi devenu une vitrine technologique pour le groupe qui y a réalisé quelques premières mondiales, comme l'installation d'un système de pilotage informatique sophistiqué dans l'usine de Mery-sur-Oise (Val-d'Oise). Pour le renouvellement de la concession, Veolia doit affronter son grand rival, Suez, ainsi qu'un outsider, Derichebourg, allié à Remondis, deux spécialistes des déchets. La décision devrait tomber en mars. Elle sera emblématique pour ce passionné du monde de l'eau, auteur d'un ouvrage sur le sujet. L'homme est capable de piquer une colère en constatant que l'on sert à ses interlocuteurs de l'eau... en bouteille ! Le nouveau patron devra aussi améliorer la rentabilité du groupe. Dans le prolongement de la politique déjà entamée par son prédécesseur, 300 millions d'euros doivent être économisés en 2010.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle