Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Anticoagulant Pradaxa : les familles de victimes portent plainte contre le laboratoire Boehringer

Publié le , mis à jour le 09/10/2013 À 15H28

Les familles de quatre personnes âgées décédées début 2013, qui prenaient l'anticoagulant de nouvelle génération (NACO) Pradaxa, ont décidé de porter plainte contre le laboratoire allemand Boehringer Ingelheim qui le commercialise.

Anticoagulant Pradaxa : les familles de victimes portent plainte contre le laboratoire Boehringer © Bernard Martinez

Actualisé à 15h30 avec la réaction du laboratoire Boehringer et la recommandation de l'ANSM de ne pas interrompre le traitement.

Les familles de quatre personnes âgées décédées début 2013, qui prenaient l'anticoagulant de nouvelle génération (NACO) Pradaxa, ont décidé de porter plainte contre le laboratoire allemand Boehringer Ingelheim qui le commercialise, a annoncé ce mercredi 9 octobre à l'AFP leur avocat, Me Philippe Courtois.

Les plaignants visent aussi l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, ex Afssaps) à qui il est notamment reproché d'avoir méconnu les principes de précaution et de prévention, a précisé Me Philippe Courtois qui appelle toutefois à "ne pas arrêter son traitement sans avis médical".

Ces plaintes pour homicide involontaire interviennent moins d'un mois après une mise en garde de l'ANSM sur cette nouvelle classe d'anticoagulants apparus en 2008, prescrits pour prévenir les accidents vasculaires cérébraux, notamment après une opération de la hanche ou du genou ou chez les personnes souffrant de fibrillation auriculaire, trouble du rythme cardiaque.

Boehringer prêt à collaborer

"Boehringer Ingelheim se tient bien évidemment à la disposition des autorités qui conduiront les investigations et avec lesquelles le laboratoire collaborera activement", écrit la filiale française de Boehringer dans un communiqué.

Le groupe indique toutefois qu'il n'a pas encore été "officiellement" informé du dépôt de la plainte et "ne connaît donc pas le contexte médical des patients" concernés. Boehringer Ingelheim explique que les autorisations de vente du Pradaxa ont été obtenues "sur la base d'une réduction du risque de survenue des accidents vasculaires cérébraux par rapport au traitement de référence, les antivitamines K".

Aussi enjoint-il les patients le prenant de ne pas arrêter leur traitement. "Il est impératif que les patients traités par ces nouveaux anticoagulants poursuivent leur traitement et prennent l'avis de leur médecin traitant en cas de question", écrit-il dans son texte.

L'ANSM appelle les patiens à poursuivre leur traitement

Visée par la plaine, l'ANSM a également souhaité réagir dans la journée. "L'ANSM compatit bien entendu avec la douleur des familles, mais ne tient pas à commenter leur décision de porter plainte. Il appartiendra à la justice de décider" a déclaré à l'AFP le Dr Lotfi Boudali, responsable des produits de cardiovasculaires à l'agence sanitaire.

En revanche, si "l'agence sanitaire n'est pas en mesure de se prononcer sur chaque cas des décès évoqués dans cette plainte", elle "rappelle l'importance des traitements anticoagulants et demande à tous les patients de ne pas interrompre leur traitement et en cas de doute de consulter leur médecin".

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle