Anti-pollutionUn site d'imprégnation unique en EuropeSira a démarré fin juillet une installation de traitement de poteaux en bois qui évite tout rejet de produits toxiques.

Partager

Anti-pollution

Un site d'imprégnation unique en Europe

Sira a démarré fin juillet une installation de traitement de poteaux en bois qui évite tout rejet de produits toxiques.



Malgré la tendance générale à l'enfouissement des lignes, électriques ou téléphoniques, la demande en poteaux en bois continuera d'exister, en particulier dans les campagnes et les zones montagneuses. Mais ces poteaux doivent être traités contre le pourrissement et les insectes. Les produits utilisés pour cela sont loin d'être inoffensifs: oxyde cuivrique, acide chromique et anhydride arsénique, etc. Il est donc impératif d'éviter que ces produits se retrouvent ailleurs que dans les poteaux. La nouvelle installation d'imprégnation que la société Sira, à Sablons, dans la vallée du Rhône, a mis en service en juillet, est à ce titre exemplaire. Non seulement, le bois y subit une opération de fixage du produit immédiatement à la suite du traitement, ce qui évite tout relargage et même lessivage par la pluie, mais, en plus, toutes les eaux du parc de stockage sont collectées. Et, en cas de rejet dans le milieu, elles passent à travers une ultime barrière par échangeur d'ions. Au coeur du procédé du traitement: un autoclave de 23mètres de long et 2mètres de diamètre. "C'est le premier de ce type installé en France", précise Richard Filaire, directeur de Sira. Il permet de faire à la fois le traitement sous vide et l'imprégnation sous pression jusqu'à 14bars (400 à 600 litres de produit par mètre cube de bois). Suivent un égouttage sous vide et un étuvage de deux heures par de la vapeur à 45-55°C. Cette dernière phase de fixation équivaut à un séchage de quinze jours à 20°C. "Après un tel traitement, les bois peuvent être stockés à l'extérieur sans risque d'être délavés par la pluie."

Un procédé par échange d'ions

Mais la région est très sensibilisée aux risques de pollution par ce type d'activité. La Drire a donc exigé des précautions supplémentaires. "Tout le parc de stockage des bois traités a été étanché et les eaux de ruissellement sont collectées dans un bac de rétention de 500 mètres cubes", indique Jean-François Combes, directeur général d'Aper Assainissement, qui a conçu l'installation. Ces eaux servent à la préparation de la solution de travail. Si elles contiennent éventuellement des sels de traitement, ceux-ci sont recyclés. Dans l'éventualité de pluies torrentielles (ou en cas d'extinction d'un incendie), les eaux passeraient, avant rejet, sur des textiles échangeurs d'ions (TEI) capables de bloquer les ions toxiques. Cette technologie a été choisie de préférence à des procédés par membrane par résines échangeuses d'ions, jugés trop sensibles au colmatage. Il s'agit d'une des premières références industrielles des TEI pour ce type d'utilisation.



USINE NOUVELLE - N°2469 -

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS