Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Anomalies de l’EPR, nouveau réacteur, grand carénage, Areva… EDF ne craint rien

Ludovic Dupin , ,

Publié le

A l’occasion d’une table ronde sur la place du nucléaire dans la transition énergétique lors du forum Enerpresse le vendredi 26 juin,  Dominique Minière, le directeur exécutif d’EDF en charge de la direction du parc nucléaire et thermique, a largement balayé les grands sujets atomiques de l’électricien national. Il assure qu’EDF saura mener à bien tous ses chantiers, même les plus difficiles comme achever le réacteur de Flamanville (Manche), absorber Areva ou réussir le grand carénage !

Sommaire du dossier

 

Le chantier de l'EPR de Flamanville 

La cuve n’arrêtera pas le chantier de l’EPR de Flamanville

Dominique Minière, directeur exécutif d’EDF en charge du parc nucléaire et thermique, l’assure : "le chantier de l’EPR de Flamanville (Manche) arrivera à son terme". Pourtant, ces derniers mois, il a accumulé les anomalies notamment concernant le fonctionnement de soupapes, les soudures du circuit primaire et la cuve qui ne serait pas assez résistante. Jean-Jacques Dumont, commissaire à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), juge que la découverte de ces anomalies témoigne du bon travail de surveillance : "Le problème serait que l’on ne trouve aucun défaut, cela voudrait dire que nos contrôles sont insuffisants !" Pour autant, le représentant du gendarme de l’atome juge que la découverte d’un défaut sur la cuve de l’EPR a été un "choc". Dominique Minière, lui, se dit confiant. "Depuis 30 ans, j’ai connu beaucoup de questions de ce type. Sans préempter le résultat des examens techniques,  j’ai un faisceau de présomptions qui me rend confiant sur la possibilité d’utiliser la cuve", explique-t-il alors qu’une étude est en cours, dont les résultats sont attendus pour le premier semestre 2016. Par ailleurs, il assure que les questionnements sur la cuve ne retardent par le chantier de l’EPR "où le montage et les essais continuent".

 

Un EPR nouveau modèle pour optimiser la construction

"Il faut simplifier l’EPR tout en améliorant le niveau de sûreté", explique Dominique Minière. Depuis plus d’un an, les équipes d’EDF et d’Areva travaillent au développement d’un EPR Nouveau Modèle, censé tirer les enseignements des difficultés rencontrés sur les deux européens, en France (5 ans de retard) et en Finlande (9 ans de retard). Dominique Minière assure pouvoir fournir un réacteur nouveau qui permettra de réussir les chantiers à venir et notamment en Arabie Saoudite, où la filière nucléaire espère ériger deux unités. Mais Jean-Jacques Dumont, de l’ASN met en garde : "Il est positif de simplifier l’EPR, de l’épurer avec des systèmes plus simples et plus robustes, mais cela ne doit pas se faire par une sûreté low-cost". Reste que le vieil EPR n’est pas encore mort, les deux réacteurs que doit construire EDF à Hinkley Point en Angleterre seront bien les modèles actuels, qui ont été certifiés par Londres.

 

Un grand carénage pour ne fermer aucune option

Le conseil d’administration a validé le lancement du grand carénage, un programme d’investissement de 55 milliards d'euros sur 10 ans qui inclut le remplacement de lourdes pièces sur les 58 réacteurs du parc français.  L’ambition est de pouvoir prolonger leur durée de vie de 40 à 50 ou 60 ans, avec l’accord de l’ASN. "Réaliser le grand carénage permet à la France d'ouvrir des options et de n'en fermer aucune", explique Dominique Minière, qui juge que si l’investissement n’est pas fait, la France sera forcée de s’orienter vers des solutions sans choisir d’optimum économique.

 

Relativiser le "danger" d’Areva et de l’EPR Finlandais

En plus de tous ces chantiers, EDF devrait aussi, dans les semaines qui viennent, procéder à l’absorption de l’activité réacteur d’Areva. Ceci signifiera aussi assumer les milliards d’euros de provisions passées dans le cadre du conflit commercial avec le client finlandais TVO en raison des retards sur le réacteur en construction à Olkiluoto. Mais Dominique minière relativise ce danger. "Nous sommes sur un risque dont l’ordre de grandeur est de quelques milliards d’euros, à comparer au chiffre d’affaires du parc nucléaire français de 20 milliards d’euros par an !", explique-t-il. "C’est même peu par rapport au grand carénage qui va représenter à lui seul, 5,5 milliards d’euros d’investissements par an !", ajoute-t-il.

 

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

4 commentaires

Nom profil

07/07/2015 - 14h16 -

l'EPR est une réponse à la sureté mais ce qu'il faut admettre c'est qu'à force de controler des dossiers on finit par ne pas voir les vraies failles techniques. Autre sujet important, vouloir imposer de fortes puissances n'est pas la réponse à la demande mondiale, la majorité des pays souhaitant investir dans le nucléaire souhaitent des puissances de 1000MW maxi. Pourquoi nous obstiner à proposer des puissances non adaptées. Enfin en qualité de cadre dans le nucléaire, il y a une forte perte de savoirs et de compétences liée à l'absence de transfert du savoir durant une décennie.(absence d'embauches et de transmission) Cordialement
Répondre au commentaire
Nom profil

04/07/2015 - 23h10 -

"Pour autant, le représentant du gendarme de l’atome juge que la découverte d’un défaut sur la cuve de l’EPR a été un "choc"." Si l'ASN faisait si bien son boulot comme le dit ce Mr, pourquoi l'ASN a t-elle fait la vérification APRÈS la pose de la cuve ? Il me semble que l'ASN et l'IRSN donnent leur autorisation pour une telle opération ... Conclusion, l'ASN essaye de se faire mousser dans les mass-médias pour expier sa faute ! Je pense personnellement qu'il se passe des choses étranges du genre de la lutte de pouvoir dans les couloirs de nos deux agences de suretés indépendantes. Luttes internes cachées par des communiqués et des annonces tonitruantes dans les différente chambres de l'assemblée ou du sénat.
Répondre au commentaire
Nom profil

30/06/2015 - 12h43 -

En même temps il ne faut pas s'attendre de la part de l'Observatoire du Nucléaire, site ultra anti-nucléaire, de caresser cette industrie dans le sens du poil. Quant aux fanfaronnades d'EDF face aux situations inextricables, on aimerait bien savoir de quoi vous parlez, parce que là...
Répondre au commentaire
Nom profil

30/06/2015 - 08h43 -

Outre les fanfaronnades d'EDF face à plusieurs situations inextricables, on rira bien de voir encore dans cet article évoqués, comme s'ils allaient exister un jour, les fantomatiques EPR annoncés en Grande-Bretagne.

Depuis plusieurs années (cf http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?rubrique4 ), l'Observatoire du nucléaire assure que ces réacteurs ne seront jamais construits, alors que les médias français célèbrent un "grand succès" de l'atome hexagonal...
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle