Amora Dijon ferme définitivement ses portes après deux siècles d’activité

Fermeture

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Amora Dijon ferme définitivement ses portes après deux siècles d’activité

Le 15 juillet 2009, après deux siècles d’activité, l’usine Amora, le site historique de la moutarde à Dijon (Côte-d’Or), fermera ses portes.

86 personnes sur 184 seront transférées dans une autre usine du groupe à Chevigny-Saint-Sauveur. Située à 10 km du centre de Dijon, c’est désormais le plus grand site européen de condiments.

La capitale bourguignonne vit avec émotion la fermeture d’un des fleurons de l’industrie française. Retour sur 200 ans de production.

1703 - Fondation de l’entreprise par François Naigeon reçu maître-vinaigrier.

1919 - Bizouards dépose la marque Amora au greffe du tribunal de commerce de Dijon.

1932 - Raymond Sachot prend la tête de l’entreprise, une PME de 70 personnes. Le pot est en verre réutilisable avec l’inscription « Amora ».

1939 - Amora est n°1 sur le marché national.

1950 - Amora grandit par croissance externe dans les secteurs cornichons, olives et épices.

1963 - Unimel et SAB fusionnent pour donner la Générale Alimentaire

1972 - Plusieurs actionnaires cherchant à se défaire de leurs titres font tomber la Générale Alimentaire sous le contrôle de la Générale Occidentale.

1980 - La Générale Occidentale cède Amora, à BSN du groupe Gervais.

1996 - Une restructuration interne à Danone rapproche Segma-Liebig-Maille et Amora sous l’appellation LMA.

1998 – Amora-Maille passe sous la bannière de Paribas Affaires industrielles.

2000 - Le groupe Unilever rachète la société Amora-Maille.

Novembre 2008 – Unilever annonce la fermeture de trois sites de production, dont celui de son usine historique de Dijon. En total, 244 postes sont menacés.

Le projet d’Unilever est de rassembler les productions historiques d’Amora-Maille, moutarde de Dijon, mayonnaise de Dijon, vinaigre et cornichons au sein du site de Chevigny. 10 millions d’euros y seraient investis et 16 millions d’euros dédiés à la réimplantation de lignes de production.

Janvier 2009 – Le climat tendu chez Amora-Maille entre direction et syndicat pour les négociations du PSE et les élus de terrain se mobilisent

Mars 2009 - Les syndicats et direction se quittent sans accord. L'intersyndicale d'Amora-Maille demande des indemnités sur une base de 400 000 euros par personne licenciée.

Fin mars 2009 - Un accord signé par la seule CFDT avec la direction d'Unilever mettait fin à une série de manifestations et de grèves, en octroyant à chaque salarié concerné, en plus des indemnités légales de licenciement, une prime de préjudice de 50 000 euros.

15 juillet – Fermeture définitive.

Luisa Manzella


Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS