Amesys visé par une plainte pour complicité de torture en Libye

[ACTUALISE] - La Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) et la Ligue des droits de l'Homme (LDH) ont annoncé, mardi 22 mai,  qu’une information judiciaire a été ouverte à Paris.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Amesys visé par une plainte pour complicité de torture en Libye

En octobre 2011, les deux ONG déposent plainte et se constituent partie civile "pour des faits commis à travers la fourniture au régime de Khadafi, à partir de 2007, d'un système de surveillance des communications destiné à surveiller la population libyenne". 7 mois plus tard, une enquête est effectivement ouverte. Elle a été confiée à une juge du pôle spécialisé dans les crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide du tribunal de grande instance de Paris, Céline Hildenbrandt.

"Nous déplorons qu'il ait fallu attendre sept mois avant qu'une information judiciaire soit effectivement ouverte sur un dossier portant sur des faits aussi graves", a déclaré Patrick Baudouin, président d'honneur et coordinateur du groupe d'action judiciaire de la FIDH, dans un communiqué. "Nos organisations espèrent maintenant que des investigations seront rapidement diligentées, tant en France qu'en Libye, pour établir la vérité des faits et la responsabilité éventuelle de la société Amesys", a-t-il ajouté.

La société d'ingénierie spécialisée dans les systèmes sécuritaires, rachetée par Bull en janvier 2010, a conclu un contrat de mise à disposition de technologie aux fins d'interception de communication, de traitement de données et d'analyses en 2007. Fin août le Wall Street Journal révélait l’affaire affirmant que Amesys avait équipé fin 2009 le centre de surveillance d'internet de Tripoli avec un système d'analyse du trafic internet (DPI). Il aurait permis de contrôler les messages qui s'échangent, pour éventuellement filtrer voire censurer des "paquets" de données.

C’est bien là-dessus que repose le chef de complicité d’actes de torture avancé par la FIDH. Le matériel "permettait à (l'ex-dirigeant libyen Mouammar) Kadhafi et son régime de placer sous surveillance toute la population libyenne et notamment les opposants et de les arrêter et les mettre en prison où ils étaient torturés", a expliqué Patrick Baudouin à l'AFP.

Aussitôt l'entreprise visée a réagi et contesté "très fermement l'accusation". Amesys indique dans un communiqué qu'elle "tient à disposition tous les éléments qui seraient jugés nécessaires par le magistrat pour la parfaite compréhension des faits".

Partager

NEWSLETTER Innovation
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS