America Movil prêt à retirer son offre sur KPN

BRUXELLES (Reuters) - America Movil a dit vendredi qu'il restait engagé envers son offre de 7,2 milliards d'euros sur l'opérateur télécoms néerlandais KPN mais ajouté qu'il la retirerait si une fondation décidée à bloquer l'opération maintenait sa position.

Partager

La fondation KPN, instance indépendante ayant le pouvoir de bloquer toute OPA hostile visant KPN, a annoncé jeudi être intervenue pour empêcher America Movil, la société de l'homme d'affaires mexicain Carlos Slim, de mettre la main sur l'opérateur télécoms, estimant ainsi défendre au mieux les intérêts des actionnaires, de la clientèle du personnel "et de la société néerlandaise en général".

"America Movil est une société qui continue de croître, servant plus de clients et investissant plus dans le développement de nouveaux services. C'est ce que nous voulons faire avec KPN", a réagi America Movil dans un communiqué.

"Nous pensons que nous pouvons en faire une société meilleure, qui ait de la croissance, crée des emplois, soit plus compétitive et soit en définitive suffisamment forte pour demeurer un acteur important, chez elle et à l'étranger", a-t-il ajouté.

America Movil a rencontré les syndicats de KPN mercredi, affirmant qu'il poursuivrait la stratégie actuelle.

La fondation KPN souhaite toutefois qu'un dialogue s'instaure entre America Movil, le conseil d'administration de KPN et le gouvernement néerlandais. Et surtout, elle attend d'America Movil une "offre équitable", qui installe une bonne gouvernance d'entreprise.

PILULE EMPOISONNÉE

La fondation a exercé jeudi soir une option qui lui donnerait près de la moitié des droits de vote de KPN, lui permettant de bloquer l'offre d'America Movil, en théorie pendant deux ans, a-t-elle expliqué en conférence de presse, ajoutant qu'elle avait eu des discussions confidentielles avec l'opérateur mexicain.

"Je pense qu'elle veut un prix plus élevé et de meilleures conditions", a dit un fonds spéculatif actionnaire de KPN. "Peut-être qu'America Movil relèvera son offre à 2,60 euros mais s'il la retire, l'action se traitera entre 2 et 2,10".

L'action KPN perdait 3,93% à 2,198 euros à la mi-journée.

America Movil détient déjà près de 30% de KPN et propose 2,4 euros par titre pour racheter le reste de la société. Il avait payé 3,24 euros par action environ pour sa participation, en incluant les titres rachetés dans le cadre d'une augmentation de capital opérée par KPN cette année.

L'opérateur télécoms mexicain a fait savoir qu'il disposait des financements nécessaires à l'opération et qu'il comptait la lancer en septembre.

Autre option envisageable, Carlos Slim, devenu en 2013 l'homme le plus riche du monde, pourrait traduire la fondation en justice.

"Nous se serions pas surpris de voir America Movil (saisir l'Union européenne) afin de contester l'autorité et la légalité de la fondation", estime Imari Love, analyste chez Morningstar.

"Il est évident que la fondation souhaite conserver KPN dans le giron néerlandais en utilisant cette pilule empoisonnée, qui dans les faits a le même résultat qu'une action spécifique, qui est elle illégale".

"Il ne s'agit pas de raisons professionnelles, cela me semble très clairement qu'il y a une volonté de protéger le marché européen", renchérit Jorge Negrete, directeur du groupe de réflexion Mediatelecom à Mexico.

Robert-Jan Bartunek, Constance de Cambiaire pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS