Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

AMD voudrait doubler sa part de marché dans les PC d’ici deux ans

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

AMD mise sur sa nouvelle génération de microprocesseurs Ryzen pour gagner du terrain dans les PC face à Intel qui domine aujourd’hui à plus de 90% le marché. Il ambitionne de doubler sa part de marché d’ici deux ans. Témoignage de trois de ses clients: HP, Lenovo et Dell.

AMD voudrait doubler sa part de marché dans les PC d’ici deux ans
Puces Ryzen, l'arme d'AMD pour remonter la pente dans les PC
© AMD

C’est l’heure de l’offensive pour AMD. Le challenger d’Intel dans les microprocesseurs à architecture X86 mise sur sa nouvelle génération Ryzen de puces pour remonter la pente dans les PC, où son grand concurrent exerce un monopole à plus de 90% du marché mondial en volume. Après l’introduction de trois gammes de microprocesseurs Ryzen couvrant les segments des PC de bureau, les PC d’entreprises et les PC portables, il se livre à une opération de charme pour inciter les constructeurs à embarquer ses produits dans leurs machines.

Parité technologique avec Intel

L’objectif est ambitieux. "Nous voulons doubler notre part de marché d’ici 18 mois, confie à L’Usine Nouvelle Eric Jeanmougin, le patron d’AMD en France, lors d’un déjeuner de presse réunissant les trois plus grands constructeurs de PC au monde : HP Inc, Lenovo et Dell. Je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas y arriver. Les premiers résultats sur le marché sont encourageants."

Après avoir taillé des croupières à Intel, AMD s’est peu à peu laissé distancer techniquement par son grand concurrent au point de tomber en dessous de 10% du marché des PC en volume. Avec ses microprocesseurs Ryzen, il efface son retard technologique et devient une alternative viable à Intel pour les constructeurs. Cette génération de puces est fabriquée chez le fondeur de semiconducteurs GlobalFoundries en technologie FinFET 14 nm, c’est-à-dire avec des transistors 3D et une gravure de 14 nanomètres, la même que celle mise en œuvre par Intel pour ses processeurs les plus avancés. Auparavant, AMD se cantonnait à des transistors planaires et une gravure de 28 nanomètres, ce qui le mettait en retard de deux à trois générations technologiques sur son grand concurrent.

Absence du segment des PC ultraportables

"Nous sommes le constructeur qui offre la gamme de PC la plus étendue du marché avec la plateforme AMD, affirme à L’Usine Nouvelle Pascale Dumas, PDG de HP France. Avec Ryzen, AMD a accompli un travail remarquable. Ses puces affichent des performantes comparables, voire supérieures à celles d’Intel. C’est pourquoi nous les embarquons dans tous les segments de machines, à l’exception de celui des PC ultraportables où AMD n’a pas encore lancé de puce Ryzen dédiée."

Les performances techniques ne suffisent pas toutefois à convaincre les constructeurs à embarquer AMD. "Bien sûr, nous tenons à disposer d’une seconde source et à faire jouer la carte de la concurrence, concède Pascale Dumas. Mais nous devons jongler avec les contraintes du marché. Si le grand public se préoccupe peu du type de processeur embarqué dans la machine, ce n’est pas le cas des entreprises. Avec ses puces Ryzen Pro, AMD envoie de signaux positifs au marché. Mais il faut inscrire son travail d’amélioration dans le temps. Il reste encore un déficit d’image qui prendra des années à être comblé."

Intel, choix de la sécurité

L’engagement est tout aussi ferme chez Lenovo. "Nous n’utilisions pas AMD dans le segment des entreprises, qui représente environ la moitié de nos ventes totales de PC, explique à L’Usine Nouvelle Elisabeth Moreno, PDG de Lenovo France. Nous avons aujourd’hui trois machines. Et dans le segment grand public, nous proposons une dizaine de PC couvrant tous les segments du marché, y compris celui des jeux vidéo."

Mais pas de changement brutal à attendre dans les rapports de force entre Intel et AMD. "Dans l’esprit des consommateurs et des clients entreprises, continuer avec Intel, c’est faire le choix de la sécurité, motive Elisabeth Moreno. Intel bénéfice d’une bonne réputation sur le marché. Choisir ses puces, c’est prendre moins de risques. Il faut un travail de longue haleine pour changer les habitudes et la perception d’AMD sur le marché."

Le travail d'AMD jugé dans la durée

Chez Dell, l’engagement le plus notable concerne le segment des entreprises. Le constructeur texan n’avait aucun PC avec AMD pour ce marché. Il propose maintenant une machine de milieu de gamme. Sur le segment grand public, qui ne constitue pas sa grande priorité, il propose quatre machines avec la plateforme Ryzen, dont une dédiée aux jeux vidéo.

HP, Lenovo et Dell envoient le même message : AMD a réalisé de gros progrès avec ses puces Ryzen. Mais pour rester en course face à Intel, il doit poursuivre son travail de rattrapage technologique. Son effort sera jugé dans la durée.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle