Ambiance et amélioration dans l'automobile cette semaine

Partager

Ambiance et amélioration dans l'automobile cette semaine

Pleins feux sur General Motors...

Si le constructeur américain prend la première place du classement des fabricants automobiles en termes de ventes depuis le début de l’année, il est vivement rattrapé par le groupe allemand Volkswagen. Celui-là même qui entend créer un véritable conglomérat de véhicules, avec des voitures bien sûr mais aussi des camions, estampillés Man ou Scania.

Le constructeur américain a vu ses résultats s’effriter quelque peu au troisième trimestre. Il justifie ce recul notamment par les répercussions de la crise économique en Europe. En France, par exemple, les chiffres publiés par le Comité des constructeurs français d’automobiles au début du mois montraient que GM était en perte de vitesse en termes de ventes dans l’Hexagone. De même, aux Etats-Unis, il est le Big Three qui a enregistré la plus faible progression en octobre.

Alors le groupe est contraint de préparer le terrain vers des annonces qui pourraient être moins agréables dans les prochaines semaines. Il a par exemple expliqué qu’en Europe, il n’allait certainement pas atteindre l'équilibre en Europe avant intérêts et impôts et charges de restructurations d'ici la fin de l'année, "en raison de conditions économiques qui se dégradent". Et le groupe va encore avoir du travail à faire pour améliorer ses économies d'échelle et ses marges partout dans le monde d’après la direction.

De quoi effrayer les responsables des syndicats d’Opel en Allemagne. Ils préviennent : GM ne doit pas plus loin que le plan de restructuration déjà annoncé en 2009. Les salariés ont déjà payé, ils ne pourront pas aller plus loin.

Le constructeur veut aussi assurer ses arrières en Chine. Il menace par exemple les futurs acheteurs de Saab de bloquer le rachat. De peur de se voir concurrencer sur un marché sur lequel il performe.

Renault et Nissan, qui pour Flins ?

Renault a jeté un nouveau coup de froid cette semaine. Après PSA il y a quelques jours qui faisait la une avec son plan d’économies, c’est au tour de Renault de surprendre. Il annonce que c’est finalement Nissan qui produira les batteries électriques de ses voitures sur le site de Flins.

De quoi inquiéter les salariés notamment, puisque le constructeur a totalement changé ses plans depuis 2009. Là où il misait à plein sur le site de Flins, vu comme le cœur électrique de l’Alliance, il retourne sa chemise : il refuse l’aide extérieure du Fonds stratégique d’investissement et il délègue la production. Dans son annonce, il assure qu’il supportera les coûts et que Nissan paiera un loyer pour le site. Mais déjà certains voient là une "entourloupe" de la part de la marque française. C’est le cas notamment de Christian Estrosi, ancien ministre de l’Industrie, qui accuse les dirigeants du groupe de privilégier la production au Japon au détriment du Made in France.

Pour autant, le constructeur français n’a pas officiellement déclaré que la production des batteries ne se ferait pas à Flins. Seulement avant 2014, les batteries seront pourtant conçues au Japon par une succursale de Nissan.

Les rumeurs vont bon train sur un retour en arrière aussi sur les objectifs de production, mais rien n’est officiel. Certes, Nissan a reçu une enveloppe de 220 millions d’euros de la part de la banque européenne d’investissement cette semaine, mais aucun lien officiellement avec l’annonce de Renault.

Et le français travaille toujours plus dans le domaine de l’électrique. Il collabore actuellement avec le canadien RIM à un laboratoire de technologie dans le domaine, notamment pour la future Frendzy. Mais il est vrai que les doutes sur la concrétisation de la stratégie de Renault en France sont là. D’autant plus que le groupe se veut de plus en plus international et est souvent attaqué sur le fait de privilégier la production à l’étranger et non celle de l’Hexagone. Il compte beaucoup sur le futur site de fabrication en Algérie, les tractations avancent donc dans ce dossier.

Bad and Good news

Comme dans l’économie, la filière automobile n’affiche pas sa meilleure forme. Notamment, le géant japonais Toyota présente des résultats en berne pour le troisième trimestre. Il souffre notamment des conséquences du tsunami du 11 mars, mais aussi du yen fort et des difficultés en Thaïlande. Autre signe de mauvaise santé de la filière automobile : le marché indien qui était jusque là celui qui affichait une forme comparable à la Chine voit la progression de ses ventes tomber au plus bas depuis dix ans.

En France, les mauvaises nouvelles semblent réservées au constructeur automobile PSA ces derniers temps. Après l’annonce de son nouveau plan d’économies, il voit sa notation abaissée par Fitch. La tendance est si mauvaise que les constructeurs en arriveraient à trafiquer les chiffres de ventes, selon des rumeurs de la presse.

Mais pour tenter de se remonter le moral, on peut toujours se réjouir de voir qu’aux Etats-Unis, le mois dernier, près de 12500 emplois ont été créés dans le secteur automobile. Ou encore que les 4x4 continuent à bien se vendre. En Thaïlande même, pays très touché par les inondations, la situation s’améliore. Honda et Toyota ont repris leur production dépendante de ce pays.

En Bref

Tesla teste sa Model S
Mercedes-Benz investit deux milliards d’euros pour sescamions
Avtovaz produit au Kazakhstan
Mitsubishi va présenter une Mirage au salon de Tokyo
La recharge rapide pourrait causer des dommages
Les batteries pour véhicules électriques sont en test
Classement exclusif de l'Usine Nouvelle sur les équipementiers en France au Midest

BARBARA LEBLANC

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS