Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Altria, la maison-mère de Marlboro, mise sur la e-cigarette

, ,

Publié le , mis à jour le 21/12/2018 À 08H13

Le cigarettier américain Altria, propriétaire de Marlboro, a annoncé jeudi qu'il débourserait 12,8 milliards de dollars (11,21 milliards d'euros) pour prendre 35% du capital du fabricant de cigarettes électroniques Juul Labs, dans le cadre d'une transaction qui valorise ce dernier à 38 milliards de dollars.

Altria, la maison-mère de Marlboro, mise sur la e-cigarette
Le cigarettier américain Altria, propriétaire de Marlboro, a annoncé jeudi qu'il débourserait 12,8 milliards de dollars (11,21 milliards d'euros) pour prendre 35% du capital du fabricant de cigarettes électroniques Juul Labs, dans le cadre d'une transaction qui valorise ce dernier à 38 milliards de dollars. /Photo d'archives/REUTERS/Thomas Peter
© Thomas Peter

Le cigarettier Altria opère une diversification dans la cigarette électronique. Le groupe qui détient notamment la marque Marlboro a déboursé 12,8 milliards de dollars pour prendre 35% du capital du fabricant de e-cigarettes Juul Labs.

En juillet, Juul Labs était encore valorisé environ 16 milliards de dollars lors d'un tour de table de financement. En doublant la valorisation de la start-up de San Francisco, Altria semble placer d'énormes espoirs sur sa cible, considérée comme un relais de croissance sur fond de baisse des ventes de cigarettes aux Etats-Unis et de campagnes de lutte contre le tabagisme.

"Nous prenons des mesures importantes pour préparer un avenir où les fumeurs adultes choisiront en majorité des produits non combustibles plutôt que des cigarettes", déclare le directeur général d'Altria, Howard Willard, cité dans un communiqué. Certains analystes ont toutefois jugé le prix payé trop élevé.

L'opération devrait permettre à Altria de "répondre au changement d'habitude des consommateurs à l'égard de la nicotine", mais "le prix payé contrebalance la plupart des avantages potentiels futurs", estime dans une note Stifel.

Le titre Altria reculait de 2,59% vers 17h00 GMT, tandis que le S&P 500 perdait de son côté 1,58%.

Avec ses vapoteuses qui ressemblent à une clef USB, Juul est rapidement devenu le numéro un de la cigarette électronique aux Etats-Unis, passant d'une part de marché de 13,6% au début de 2017 à plus de 75% le mois dernier, selon des données Nielsen analysées par Wells Fargo.

Synergies

L'accord avec Altria devrait lui permettre d'étoffer son réseau de distribution, notamment dans les canaux de vente au détail traditionnels. Juul pourra viser les clients d'Altria par le biais d'annonces sur les paquets de cigarettes traditionnels ainsi que par l'envoi direct de courriers aux clients, ont déclaré les deux groupes. Juul pourra également tirer partie du réseau de lobbying à Washington d'Altria, les vapoteuses étant dans le viseur des autorités en raison de leur popularité chez les adolescents.

"Notre succès dépend en fin de compte de notre capacité à mettre notre produit entre les mains de fumeurs adultes et à l'abri des jeunes", déclare dans un communiqué Kevin Burns, le directeur général de Juul, ajoutant que "cet accord d'investissement et de service nous aide à faire juste cela."

Selon les modalités de l'opération, Altria ne pourra pas acheter d'actions Juul supplémentaires au-delà de sa participation actuelle. La maison mère de Marlboro ne pourra pas non plus vendre ni transférer des actions Juul pendant six ans une fois l'accord finalisé. L'accord, soumis aux autorités de la concurrence, donne à Altria le droit de nommer un tiers des administrateurs de Juul, selon le géant cigarettier.

Altria a par ailleurs annoncé jeudi un programme de réduction des coûts, comprenant notamment une baisse des effectifs, qui lui permettrait d'économiser entre 500 et 600 millions de dollars par an d'ici à fin 2019.

La société prévoit une charge avant impôts d'environ 230 millions de dollars à 280 millions de dollars, soit neuf à 11 cents par action, dont l'essentiel sera comptabilisé au quatrième trimestre 2018.

Avec Reuters (Liana B.Baker à Montreal et Harry Brumpton à New York, Claude Chendjou et Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle