Altifort estime être en mesure de sauver l'aciérie Ascoval

Les 281 salariés de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) seront enfin fixés le 12 décembre. Le groupe franco-belge Altifort présentera alors une offre de reprise pour cette usine dont le sort est en suspens depuis le début de l'année 2018. La décision finale du tribunal de commerce de Strasbourg (Bas-Rhin) est attendue le 12 décembre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Altifort estime être en mesure de sauver l'aciérie Ascoval
Les 281 salariés de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) seront enfin fixés le 12 décembre.

Le groupe franco-belge Altifort a déposé une offre sans clause suspensive qu'il considère à même de sauver l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), a annoncé le vendredi 7 décembre son directeur général, Bart Gruyaert. La proposition sera présentée le mercredi 12 décembre devant le tribunal de commerce de Strasbourg (Bas-Rhin) qui devrait rendre sa décision finale le jour même.

"L'État a tenu ses engagements. L'État va prêter 25 millions d'euros (sur une enveloppe de 145 millions d'euros) pour compléter les financements privés qu'on a trouvés pour ce projet. Donc, on a le financement pour les cinq années à venir", a déclaré Bart Gruyaert au micro de franceinfo. "Je considère aujourd'hui que tous les éléments sont réunis pour un avis favorable du tribunal", a-t-il ajouté.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le sort de 281 salariés en suspens

Coentreprise d'Ascometal (60%) et de Vallourec (40%), l'usine de Saint-Saulve a été exclue début 2018 du périmètre de rachat d'Ascometal par le groupe suisse Schmolz + Bickenbach, ce qui a mis de facto le sort de ses 281 salariés en suspens.

En visite dans le Pas-de-Calais le 8 novembre dernier, le président Emmanuel Macron avait promis aux salariés d'Ascoval et à leurs familles que l'État se battrait pour trouver une solution.

Avec Reuters (Elizabeth Pineau, édité par Danièle Rouquié)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS