Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Alstom va développer le TGV du futur avec la SNCF dans un espace de coworking

Manuel Moragues ,

Publié le

La SNCF a annoncé mardi 30 août qu’elle avait sélectionné Alstom pour développer avec elle une nouvelle génération de TGV à travers un partenariat d’innovation. Les ingénieurs des deux entreprises travailleront ensemble dans un "plateau d'innovation" situé à Paris.

Alstom va développer le TGV du futur avec la SNCF dans un espace de coworking © sncf

Il n’y avait guère de suspense, mais c’est désormais officiel : Alstom développera le TGV du futur. La SNCF a annoncé mardi 30 août qu’elle avait retenu le constructeur ferroviaire français pour concevoir "une nouvelle génération de TGV" à travers "un partenariat d’innovation". Contactée par l’Usine Nouvelle, la compagnie ferroviaire a tenu à préciser qu’il s’agissait seulement, -"bien loin d’acheter un train"-, de "penser un futur TGV. On est sur les prémices de la conception".

Concrètement, a indiqué le porte-parole de la SNCF, "l’objectif de ce partenariat est de créer un plateau d’innovation, un espace de coworking, où les ingénieurs des deux entreprises travailleront ensemble à concevoir les prochaines générations de TGV". Cet espace sera situé à Paris, avenue du Maine, dans le XIVe arrondissement, selon la SNCF.

L’appel d’offres – simplifié - pour ce partenariat avait été annoncé par le ministre démissionnaire de l’Economie, Emmanuel Macron, le 28 mai 2015 à Belfort, où Alstom fabrique les motrices de TGV et les locomotives. "Le TGV est essentiel au ferroviaire français. C'est un moteur d'excellence qui tire toute la filière, avait-il déclaré aux salariés présents en masse, sur lesquels planait la menace d’un plan social devant supprimer plus de 300 postes.

"L’Etat a le droit de promouvoir un constructeur", selon Emmanuel Macron

Belfort souffrait déjà – et souffre toujours – faute de commandes suffisantes. Dans une envolée digne de son prédécesseur, Arnaud Montebourg, et bien peu soucieuse de libre concurrence, Emmanuel Macron avait lancé : "Tous devront faire un effort et en premier lieu l'Etat et les entreprises publiques (...) En tant qu'actionnaire de la SNCF, l'Etat a le droit de promouvoir un constructeur. J'ai fait passer les messages. J'aurais la plus grande exigence vis-à-vis de la SNCF."

La compagnie ferroviaire a pourtant bien déçu Alstom cet été. Le 23 août, la CFE-CGC du groupe dénonçait dans un communiqué "le choix de la société Akiem, loueur de locomotives, détenue depuis juin dernier à part égale par la SNCF et la Deutsch Bank d'attribuer un marché de 44 locomotives de manœuvre diesel à la société allemande Vossloh pour un montant d'environ 140 millions d’euros, au détriment du constructeur français Alstom".

Et le syndicat d’ajouter : "En cette période préélectorale, la CFE-CGC constate amèrement que le fossé est toujours bien présent entre les déclarations politiques et la réalité quotidienne du terrain." Le désormais ex-locataire de Bercy, parti vers des horizons présidentiels, pourra au moins se targuer, côté rail, du choix d’Alstom par la SNCF pour développer le TGV du futur. Même si toute autre option était inenvisageable.

Manuel Moragues

Speedinnov déjà sur les rails
C’est une co-entreprise entre l’Ademe et Alstom qui travaillera avec la SNCF sur la prochaine génération de TGV. Speedinnov, dont la création avait été annoncée en mai 2015 lors de la visite d’Emmanuel Macron sur le site de Belfort d’Alstom, est née en décembre dernier. Sa vocation est de "développer les technologies de nouvelle génération dans la grande vitesse pour les marchés français et internationaux", précise un porte-parole d’Alstom. Sans attendre la SNCF, Speedinnov a déjà commencé à travailler. "Certaines briques technologiques de l’Avelia Liberty [le TGV qu’Alstom vient de vendre aux Etats-Unis] ont été développées à travers SpeedInnov", ajoute Alstom.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle