Alstom UK a versé des pots-de-vin pour gagner des marchés entre 2000 et 2006

La filiale britannique d'Alstom a versé 8,5 millions de dollars (6,6 millions d'euros) de pots-de-vin sur une période de six ans pour remporter des contrats en Inde, en Pologne et en Tunisie, a fait savoir le 10 septembre la direction britannique de la répression des fraudes (Serious Fraud Office, SFO).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Alstom UK a versé des pots-de-vin pour gagner des marchés entre 2000 et 2006

Alstom Network UK, accusée de corruption et de complicité de corruption en juillet dernier, aurait versé des dessous de table pour remporter des commandes relatives au métro de New Delhi et à des grands travaux à Varsovie et à Tunis entre 2000 et 2006. Le SFO affirme que la filiale a dissimulé les sommes indues en frais de consultants. Alstom, qui a convenu récemment de vendre la plus grande partie de ses actifs dans l'énergie à General Electric, a souligné que ces accusations portaient sur des agissements passés.

"La société est en communication avec le SFO et ne veut rien moins qu'une résolution juste et adaptée des allégations qui ont été faites", a dit une porte-parole.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

risque de lourde amende

Si Alstom Network UK est condamnée, elle risque des amendes, voire une interdiction de participer à tout marché public dans l'Union européenne. La prochaine audience du tribunal a été fixée au 6 octobre.

L'enquête britannique fait suite à des informations données par la Suisse où Alstom a été condamné à verser 38,5 millions de francs suisses en 2011 pour avoir négligé d'avoir mis un terme à ces pratiques. Trois responsables de la filiale américaine d'Alstom au Connecticut ont depuis lors plaidé coupable et admis avoir versé des pots-de-vin pour le compte de la société. Il y a quatre ans, le SFO a appréhendé trois membres du conseil d'administration britannique, soupçonnés de corruption, de blanchiment et de faux en écriture.

Siemens, le concurrent allemand d'Alstom, a payé 1,6 milliard de dollars en 2008 pour régler des litiges similaires en Allemagne et aux Etats-unis.

Avec Reuters (Kirstin Ridley, Natalie Huet, Wilfrid Exbrayat, Véronique Tison)

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS