Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Alstom stoppera la production de trains à Belfort dès 2018

Manuel Moragues , , , ,

Publié le

Les locos d’Alstom à Belfort, c’est fini ! Le site historique du constructeur ferroviaire qui fabrique les motrices du TGV verra ses activités d’ingénierie et de production transférées à Reichshoffen, en Alsace, au cours des deux prochaines années.

Alstom stoppera la production de trains à Belfort dès 2018
Usine Alstom de Belfort
© Alstom Transport

Les entreprises citées

Les difficultés du site étaient connues, mais sa quasi-fermeture n’en reste pas moins un choc. Le site historique d’Alstom Belfort, qui fabrique les motrices du TGV et des locomotives, va arrêter ses activités d’ingénierie et de production, a annoncé Alstom aux syndicats lors d’un comité de groupe européen, mercredi 7 septembre. Un porte-parole du groupe détaille cette réorganisation à L’Usine Nouvelle : "L’ingénierie et la production seront transférées sur notre site de Reichshoffen (Alsace) au cours des deux prochaines années. Belfort ne ferme pas mais ne gardera qu’une activité de services pour les locomotives : maintenance et réparation."

Selon le porte-parole, "il n’y aura ni plan social ni licenciement. Sur les 480 salariés de Belfort, 400 sont concernés par le transfert. Les salariés pourront être transférés sur d’autres sites d’Alstom". Alstom justifie cette réorganisation par un chiffre : "l’ensemble des 12 sites français du groupe verront leur charge diminuer de 30% d’ici à 2018, déclare le porte-parole. Il faut réorganiser pour ne pas mettre en péril l’ensemble." Reichshoffen et Belfort font partie des sites les plus en difficulté. Le premier pâtit de la révision à la baisse par les Régions des commandes du train Régiolis. Le second de la pénurie de commandes de TGV et de la faiblesse d’Alstom dans les locomotives.

En souffrance depuis des  années

En souffrance depuis des années, Belfort n’a guère profité des succès commerciaux d’Alstom dans les pays de l’ex-URSS : la localisation de la production sur place ne laissait que quelques unités à fabriquer au site du territoire de Belfort : la production de locomotives pour le Kazakhstan est terminée depuis le début de l’année, seules 10 locomotives doivent être construites pour l’Azerbaïdjan d’ici au début de 2018. Et avec la fin pour mi-2018 de la production des TGV Euroduplex, la charge prévue du site après 2018 se résume à quelques dizaines de locos pour la Suisse. Le nouveau TGV, dont Alstom et la SNCF ont présenté ce même jour le partenariat d’innovation dédié à sa conception, entrera en production trop tard – autour de 2022 – pour sauver Belfort.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

08/09/2016 - 09h53 -

Une grande nostalgie pour ce site qui a vu la naissance d'Alstom!
Répondre au commentaire
Nom profil

12/09/2016 - 22h54 -

Il faut sauver l'usine de Belfort - sinistrée à cause du manque de patriotisme de la SNCF (achats de trains Bombardiers, locomotives allemandes Vosslow) - Après le scandale du bradage de ALSTOM ENERGIE aux Américains de GE la grande braderie continue : Nos pépites industrielles ou autres sont rachetées par les entreprises étrangères dès qu’elles atteignent un certain niveau de développement, tandis que le capital de nos très grandes entreprises a été peu à peu phagocyté par les fonds de pension américains et maintenant les fonds chinois sans aucune réaction de nos gouvernants. Elles aussi sont maintenant en train de changer de main de plus en plus vite (Pechiney, Arcelor, Solvay, Alcatel, Lafarge, SFR, Alstom Énergie après les Chantiers navals – en attendant peut-être Alstom Transport, Areva, PSA, même Renault …). Ce sont nos pères qui ont peiné sans compter pour bâtir ces cathédrales modernes ! De Gaulle doit se retourner dans sa tombe !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle