Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Alstom-Siemens, une fusion dans le viseur de Bruxelles

Olivier Cognasse , ,

Publié le

Selon l’édition européenne du média américain Politico, la future fusion entre les deux constructeurs européens est remise en cause. Et Siemens envisage un plan B.

Alstom-Siemens, une fusion dans le viseur de Bruxelles
La Commission européenne doit rendre son avis sur la fusion Alstom - Siemens au plus tard le 28 janvier 2019.
© Alstom Transport / TOMA – F.Sautereau

La fusion entre les deux premiers industriels du ferroviaire européen Alstom et Siemens, qui devait être bouclée dans un premier temps fin 2018 et qui le sera au mieux au premier semestre 2019, est aujourd’hui remise en cause par Bruxelles. L’Europe s’oppose en l’état à cette fusion qui supprimerait de fait toute concurrence dans plusieurs secteurs du marché ferroviaire intérieur.

Selon l’édition européenne du média américain Politico, qui a recueilli deux témoignages, Bruxelles devrait s’opposer à ce rapprochement, en raison du monopole du futur groupe sur le marché intérieur européen, dans la signalisation et le contrôle, la grande vitesse, les réseaux régionaux et le métro. Autant dire, l’essentiel des activités de la future entreprise à fort accent allemand.

Un plan B pour Siemens

Du coup, les deux entreprises ont quelques semaines pour formuler des propositions qui signifient qu’elles devront abandonner un certain nombre de sites industriels. Et Politico de citer le patron de Siemens, Joe Kaeser qui a évoqué lundi 12 novembre, lors d’une conférence organisée par le journal allemand Süddeutsche Zeitung, la nécessité d’avoir un "plan B".

La réponse définitive de la Commission européenne, qui a reçu les avis critiques d’autres pays, doit être rendue au plus tard le 28 janvier 2019. Et la réponse espérée par les partisans de la fusion est loin d’être acquise. "Pour la première fois, Joe Kaeser a émis l’hypothèse que cette fusion ne se fasse pas. C’est lui le plus intéressé, car c’est lui qui rachète Alstom et c’est Siemens qui négocie avec Bruxelles", indique une source proche du dossier. L’industriel allemand sera beaucoup moins intéressé par ce "deal" si Alstom (et sans doute Siemens) doit abandonner de nombreuses activités. Et selon l’accord, il n’y aurait de pénalités pour personne dans ces conditions.

La direction d’Alstom optimiste

Du côté de la direction d’Alstom, l’optimisme reste la règle. Un communiqué indique : "Nous confirmons avoir reçu la communication des griefs de la Commission européenne dans le cadre de son enquête approfondie sur notre projet de fusion. Cette communication délimite l’évaluation de la Commission concernant cette transaction. Elle nous donne à la fois accès à tous les éléments du dossier ainsi qu’un droit de réponse à la Commission. Elle ne préjuge en aucun cas de la décision finale de la Commission. (…) Nous continuons de travailler étroitement avec la Commission afin de s’assurer de sa bonne compréhension des marchés pertinents et de la logique de cette opération. Nous allons maintenant analyser les préoccupations détaillées de la Commission et y répondre dans les meilleurs délais. Nous confirmons que la finalisation de la transaction reste attendue au premier semestre 2019."

Du côté syndical, on n’entend pas la même musique. "Le dossier final doit être remis avant le 15 décembre. Quelle stratégie vont-ils adopter, s’interroge Boris Amoroz, le délégué syndical central CGT. Forcer la décision ? Arrêter le processus ? Ou lâcher des sites industriels ?" Et de rappeler qu’Alstom a un carnet de commandes rempli pour six ou sept ans et que l’argument de la menace chinoise ne tient pas. "Alstom-Siemens sera moins fort financièrement qu’Alstom tout seul. On est dans une logique de fusion capitalistique et non industrielle." La CGT demande "un véritable Airbus du ferroviaire avec Siemens et d’autres industriels européens".

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

04/01/2019 - 21h28 -

tout à fait d'accord avec les syndicats ,Il s'agit d'un projet de fusion purement capitalistique .ALSTOM n'à pas besoin de Siemens pour avancer à en juger son carnet de commandes. La menace chinoise est une excuse pour ajouter de l'eau au moulin, il faut que les appels d offre en Europe soit réserves uniquement aux entreprises EUROPÉENNES , ET NE PAS HÉSITER À FAIRE DU PROTECTIONNISME EUROPÉENS TOUT COMME LE FONT LES USA
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle