Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Alstom revient aux commandes

Manuel Moragues ,

Publié le

Le champion français du rail et des centrales électriques a enrayé la chute de ses commandes. Remis en selle par la demande des pays émergents, Alstom multiplie les partenariats avec les entreprises locales.

Alstom revient aux commandes © Alstom

Fini la chute des commandes ! "On est sorti de la période de basses eaux", s’est félicité Patrick Kron, le PDG d’Alstom, lors de la présentation des résultats annuels du groupe, ce mercredi 4 mai.

Après deux ans de baisse quasi-continue, les commandes des activités Transport et Power (énergie) repartent à la hausse, avec respectivement +4% et +5%, pour un total de 15,6 milliards d’euros, contre 14,9 milliards l’année précédente. La nouvelle activité Grid (réseaux électriques) apporte un supplément de 3,5 milliards de commandes.

Amorcé dès le quatrième trimestre 2010, le rebond s’est accentué entre janvier et mars pour donner le "meilleur semestre depuis le pic historique du premier semestre 2008/2009", selon le dirigeant. Les gros contrats se sont enfin débloqués, et avec eux les avances de paiement, dont l’absence commençait à grever la trésorerie du groupe.

Il était temps, même si cela n’a pu compenser un premier trimestre faible : le cash flow libre reste négatif pour l’année, à -516 millions d’euros. Les 2,5 milliards consacrés à l’acquisition d’Areva Transmission s’y ajoutent pour faire passer la trésorerie du groupe dans le rouge : - 1,3 milliard au 31 mars 2011, contre +2,2 milliards un an auparavant.

Deux ans de commandes atones laissent des traces. Avec le décalage habituel de 12 à 18 mois pour les activités d’Alstom, le chiffre d’affaires est désormais atteint : -16% pour Power et -3% pour Transport. Seule l’intégration de Grid permet d’afficher une progression pour le groupe de 6%, à 20,9 milliards d’euros.

Les plans de restructuration lancés à l’automne pour Power (20% des effectifs supprimés en Europe et en Amérique du Nord) et à la fin de l’hiver pour Transport (8% des effectifs européens) plombent aussi un résultat net, qui chute de 62%, à 462 millions d’euros.

Amaigri, le groupe est aussi beaucoup plus tourné vers les pays émergents. 60% de ses commandes en sont issues aujourd’hui, contre 35% en 2009/2010. "Le rebond des commandes est très largement tiré par la forte demande des émergents, alors que les pays matures restent dans l’attentisme", a souligné Patrick Kron.

Depuis un an, Alstom a multiplié les partenariats, tant dans l’énergie que le transport, avec des entreprises brésiliennes, russes, indiennes et chinoises. Dernier en date, le projet d’alliance avec Shanghai Electric dans les chaudières de centrales thermiques vise non seulement l’énorme marché chinois, mais le monde entier. De quoi laisser espérer que la chute des commandes est belle et bien finie.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle