L'Usine Energie

Alstom retient l'offre de General Electric, pas de discussions exclusives

Sylvain Arnulf , , , ,

Publié le

Alstom confirme avoir choisi l'offre de reprise de son activité énergie par General Electric lors de son conseil d'administration du 29 avril. L'offre sera soumise à un expert indépendant, Jean-Marie Folz, ancien PDG de PSA. Siemens n'est pas totalement hors course.

Alstom retient l'offre de General Electric, pas de discussions exclusives © DR

Les membres du conseil d'administration d'Alstom, réunis le 29 avril en fin d'après-midi, ont choisi "à l'unanimité" l'offre de reprise de l'activité énergie par le groupe américain General Electric. Alstom le confirme ce 30 avril dans un communiqué. GE a proposé 12,35 milliards d’euros, ce qui représente une valeur d’entreprise de 11,4 milliards d’euros. Le groupe américain promet que l'opération se traduira par "une augmentation du nombre d'emplois dans les activités concernées". Il aurait également proposé d'installer plusieurs centres de décision en France.

la porte pas totalement fermée pour siemens

Alstom et GE n'entrent pas pour autant en négociations exclusives. Le groupe français pourra examiner les autres offres qui lui sont soumises. Siemens n'est donc pas totalement hors course. "Siemens aura un accès équitable à l’information lui permettant, le cas échéant, de soumettre une offre ferme. Elle sera examinée en fonction de l’intérêt social de la société et de celui de l’ensemble des parties prenantes, dans le respect des engagements pris", indique Alstom dans son communiqué. Dans le même temps, d'ici la fin du mois de mai, un comité d'experts indépendants, conduit par Jean-Marie Folz (ancien patron de PSA) sera chargé de procéder à un examen approfondi de l'offre de GE, "en tenant compte des intérêts de l’ensemble des parties prenantes, y compris ceux de l’Etat français".

Néanmoins, si Alstom venait à choisir un autre acteur que General Electric, l'entreprise française devrait verser au groupe américain une indemnité de rupture égale à 1,5% du prix d'acquisition.

Recentrage sur le transport

Alstom estime que "les portefeuilles d’Alstom et de GE dans l'énergie présentent des complémentarités quasi parfaites", notamment dans l'énergie thermique et l'éolien. L'opération permettrait au groupe français de se recentrer sur le transport. " Alstom utiliserait le produit de la cession pour renforcer ses activités transport, leur donner le moyen d’un développement ambitieux, rembourser sa dette et redistribuer le solde à ses actionnaires", plaide l'entreprise.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte