Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Alstom recrute dans l’éolien offshore

, , , ,

Publié le

L'usine d'éoliennes offshore de Montoir-de-Bretagne, près de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), va créer 250 emplois d'ici à fin 2016. La difficulté sera de gérer l'effectif alors que les dates pour l'installation des champs éoliens français s'annoncent floues.

Alstom offshore Wind a lancé un programme de recrutements portant sur 85 postes, à pourvoir d’ici la fin de l’année 2015 à Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique). L’usine, qui a démarré en avril 2015 sa production d’éoliennes Haliade 150 de 6 MW, compte déjà 70 salariés dont 45 en CDI. Alstom cherche essentiellement des profils d’électromécaniciens et des techniciens, encore en CDD. Ces profils étant très demandés, l’entreprise fait, entre autres, appel à la méthode des habiletés mise en place par Pôle emploi.

Par la suite, la difficulté sera de faire correspondre l’effectif avec la charge, erratique. En février 2016, l’usine finira une première série de six éoliennes dont cinq sont destinées au parc américain de Block Island. Un creux de charge suivra jusqu’en septembre 2016. C’est alors que commencera la production des 66 éoliennes du parc allemand Merkur offshore, un contrat de 600 millions d'euros. Là, les recrutements reprendront et 60 postes seront proposés en CDI.

Difficultés à gérer créations d'emplois et charges de travail

Mais l’entreprise se montre très prudente sur les embauches fermes. Car cette commande allemande sera achevée début 2018. Et dans le meilleur des cas, le site enchaînera sur la production des 238 éoliennes d’EDF EN pour les champs français de Saint-Nazaire, Courseulles et Fécamp. Mais rien n'est moins sûr. Car, compte tenu des aléas liés aux recours et aux autorisations, cette production pourrait être reportée, au pire de deux ans. Il faudrait alors trouver des solutions pour gérer l’effectif entre-temps, sachant que devant cette incertitude calendaire, l’industriel, engagé auprès d'EDF EN ne peut prendre d’autres commandes.

A l’horizon 2020, Alstom envisage cependant 300 emplois sur le site et 200 sur le centre de R&D de Nantes.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle