L'Usine Energie

Alstom prévoit 1300 suppressions de postes, principalement en Europe

Sylvain Arnulf , , ,

Publié le , mis à jour le 06/11/2013 À 14H14

Alstom anticipe un scénario de faible croissance, et lance un programme d'économies, de cessions d'actifs et de suppressions de postes.

Alstom prévoit 1300 suppressions de postes, principalement en Europe © M. Moragues - L'Usine Nouvelle

Après l'annonce de résultats trimestriels en baisse, le PDG d'Alstom Patrick Kron a dégainé une série de mesures pour réajuster son outil industriel. 1 300 postes seront supprimés dans les mois à venir, dans les branches "Thermal Power" (construction de centrales électriques) et informatique, principalement en Europe. Le patron d'Alstom n'exlcut pas d'autres coupes.

Il s'agit du troisième plan de suppression de postes en trois ans : en 2010, 4 000 emplois avaient déjà été détruits dans la branche "centrales électriques" en Europe et aux Etats-Unis ; un an plus tard, la branche transports était concernée par un plan portant sur 1380 postes.

Ajuster l'outil industriel

Lors d'une conférence de presse téléphonique, suite à la publication des résultats, Patrick Kron a précisé : "Les 1 300 postes dont je parle concernent un certain nombre d'activités d'Alstom Thermal Power, l'informatique et les coûts centraux. Ce sont des programmes qui ont été engagés il y a quelques semaines et qui sont en cours de réalisation".

"Est ce qu'il y en aura d'autres ? On verra. Je ne veux certainement pas vous les annoncer avant d'en parler avec les partenaires sociaux, mais nous allons ajuster notre outil industriel où et quand il faut, au rythme correspondant à nos besoins", a-t-il encore expliqué.

Les mesures seront essentiellement appliquées en Europe, mais le PDG du groupe a refusé d'être plus précis sur les pays particulièrement touchés. Selon Arnaud Montebourg, interrogé à la sortie du conseil des ministres, le plan "n'aura pas d'impact en France". Alstom, interrogé par l'AFP, évoque de son côté un "impact minime" sur les sites français, sans donner plus de détails.

commandes en baisse de 22% d'avril à septembre

Par ailleurs, le groupe industriel français devrait vendre une participation minoritaire dans sa branche de construction ferroviaire, Afin de "retrouver de la mobilité stratégique", Alstom a "lancé un programme de cession d'actifs visant à générer 1 à 2 milliards d'euros par la cession envisagée d'une participation minoritaire dans Alstom Transport et la vente d'actifs non-stratégiques" indique la société dans un communiqué. "Nous accélérons notre plan de performance et anticipons la génération progressive d'1,5 milliard d'euros d'économies de coûts par an à l'horizon d'avril 2016" ajoute Patrick Kron.

Alstom base ses décisions sur un scénario de faible croissance: le groupe enregistrait 9,4 milliards d'euros de commandes d'avril à septembre 2013, en chute de 22% par rapport à l'année précédente.

Le même jour, le journal russe Veodmosti a révélé que le projet de première ligne à grande vitesse en Russie, promis en juin par Vladimir Poutine et qui intéresse les français Alstom, prend du retard en raison de difficultés de financement. En septembre dernier, Alstom avait annoncé à l'AFP prévoir de se porter candidat pour fournir les rames des trains à grande vitesse. Mais l'appel d'offres pour les études de conception du projet, qui devait être lancé ce mercredi, a été reporté à la dernière minute... Rien pour arranger les affaires d'Alstom !

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte