Alstom prend sa revanche sur Bombardier à bord des TER de la SNCF

Le constructeur français remporte un premier contrat de 800 millions d’euros pour 100 trains, mais le marché pourrait atteindre 1 000 rames, soit 7 milliards d’euros.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Alstom prend sa revanche sur Bombardier à bord des TER de la SNCF

Face à Bombardier, Alstom décroche la nouvelle génération des TER à un niveau de la SNCF. S’élevant à 800 millions d’euros, le premier contrat de 100 rames est assorti d’une option sur 35 trains supplémentaires, qui pourrait faire grimper cette première commande à 1 milliard d’euros. Mais la plus grosse part du gâteau reste à distribuer, puisque le marché des TER à un niveau pourrait atteindre 1 000 rames, soit un montant total de quelque 7 milliards d’euros.

Destinés et financés par les régions Alsace, Aquitaine, Basse-Normandie, Haute-Normandie, Lorraine, Midi-Pyrénées, Pays de la Loire et Picardie, ces premiers TER seront livrés entre 2013 et mi-2015. Ils ont été baptisés Régiolis par les Conseils régionaux impliqués. « Conçu et fabriqué en France, ce nouveau train régional de type Coradia Polyvalent accompagnera l’essor attendu du trafic régional qui pourrait quadrupler d’ici 2030 avec 3 millions de voyages quotidiens », a commenté Philippe Mellier, président d’Alstom Transport.

Le Coradia Polyvalent, ou Régiolis, sera conçu, fabriqué et assemblé sur les sites hexagonaux d’Alstom : à Reichshoffen (Alsace) pour l’ingénierie et l’assemblage, au Creusot (Bourgogne) pour les bogies, à Ornans (Franche-Comté) pour les moteurs, à Tarbes (Midi-Pyrénées) pour les chaînes de traction et à Villeurbanne (Rhône-Alpes) pour l’informatique embarquée. Ce train régional à plancher bas intégral pourra circuler à 160 km/h, en version électrique ou bi-mode (moteurs à aimants permanents), sous 25 kV ou 1 500 V. Pour augmenter sa capacité d’accueil à 1 000 places assises, il est possible de coupler jusqu’à trois rames de la version la plus longue (330 mètres).

En août 2008, la SNCF a lancé un autre appel d’offres sur les TER à deux niveaux (destinés aux zones urbaines denses), susceptible d’atteindre 860 rames. Le résultat de la compétition est attendu pour la fin de l’année. Remportée par Bombardier, la précédente génération des TER n’a pas été entièrement livrée par le constructeur canadien. La SNCF doit encore recevoir 150 AGC (Autorails à Grande Capacité) sur les 700 exemplaires de la commande. L’adversaire d’Alstom a également raflé les 172 nouveaux trains régionaux (« Franciliens ») d’Ile-de-France. Un marché qui devrait être complété par 70 rames supplémentaires après les élections régionales.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS