Alstom : Mitsubishi pour une offre avec Siemens... ou une alliance à la Renault-Nissan

Selon plusieurs médias, le japonais Mitsubishi Heavy industries pourrait proposer au français Alstom une alliance stratégique avec prise de participation. Une alternative possible à l'offre de reprise conjointe qu'il a confirmé étudier avec l'allemand Siemens et Hitachi le 11 juin.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Alstom : Mitsubishi pour une offre avec Siemens... ou une alliance à la Renault-Nissan

Le groupe japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) a plusieurs cordes a son arc et ne compte visiblement pas se laisser dépasser par les poids lourds du secteur énergétique General Electric et Siemens dans le dossier de la reprise des actifs du français Alstom.

Ce 13 juin, plusieurs médias relatent la contre-proposition que MHI s'apprêterait à faire à Alstom : entrer au capital du fleuron français pour créer une alliance industrielle sur le mode de celle forgée entre Renault et Nissan dans l'automobile.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Ce serait une logique d'alliance qui se traduirait par une entrée au capital d'Alstom dans le respect de identité de chaque groupe", a indiqué une source proche du dossier à l'AFP. Les "détails de l'offre sont en train d'être finalisés afin qu'elle soit déposée lundi (le 16 juin)".

Selon Les Echos du 13 juin, une prise de participation du japonais MHI au capital d'Alstom fait partie des scénarios possibles, par le biais d'une reprise partielle de la participation de Bouygues, qui souhaite se désengager.

Selon Le Figaro cette fois, "Siemens proposera à Alstom de lui racheter ses turbines à gaz, et de lui céder ses activités ferroviaires".

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS