L'Usine Energie

Alstom : François Hollande "attend une offre de Siemens pour se prononcer"

, , , ,

Publié le , mis à jour le 12/05/2014 À 07H20

Lors d'un déplacement en Allemagne le 10 mai, le président de la République a affirmé ne pas préjuger de son choix dans le rachat du conglomérat industriel français Alstom. Il a assuré attendre une éventuelle offre ferme de Siemens pour se prononcer sur la meilleure solution pour l'avenir du groupe.

Alstom : François Hollande attend une offre de Siemens pour se prononcer © D.R.

Ne pas dénigrer l'offre de l'américain General Electric (GE)mais encourager celle de l'allemand Siemens. En déplacement en Allemagne aux côtés de la chancelière Angela Merkel le 10 mai, François Hollande a dû ménager la chèvre et le chou sur le dossier de reprise du géant industriel français Alstom.

GE a présenté un projet d'acquisition des activités d'Alstom dans l'énergie pour 12,35 milliards d'euros, que François Hollande n'a pas jugé acceptable même si cette offre a les faveurs de la direction du groupe français.

"C'est d'abord une affaire d'entreprises, d'industriels", a assuré François Hollande, lors d'une conférence de presse avec Angela Merkel.

"Le gouvernement français est particulièrement attentif aux enjeux d'emplois, de localisation d'activités, de centre de décisions et nous attendons l'offre de Siemens dans son détail pour nous prononcer."

"Siemens y travaille et nous ne voulons pas préjuger d'un choix, nous voulons faire en sorte que ce soit le mieux pour les salariés d'Alstom et le mieux pour les salariés de Siemens si cette offre était proposée", a ajouté le président français.

Angela Merkel a quant à elle déclaré : "En ce qui concerne Alstom et Siemens, ce sont des décisions qui relèvent des entreprises, le gouvernement ne s'y immisce pas."

"Si les décisions des entreprises montrent qu'il est avantageux d'aller en ce sens, l'Allemagne accompagnerait un tel projet mais la question est de savoir si Siemens entend formuler une offre, on verra ce qu'elle est, et ensuite on se prononcera", a-t-elle éludé.

A leurs côtés lors de ce déplacement en Allemagne se trouvait le ministre de l'Economie français Arnaud Montebourg. Ce dernier n'a, pour sa part, pas caché sa préférence pour une solution avec Siemens plutôt qu'un rachat d'Alstom par General Electric.

(avec Reuters)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte