Alstom et Plastic Omnium s'allient dans les trains à hydrogène

Le géant du ferroviaire Alstom et l'équipementier français Plastic Omnium ont signé un protocole d'accord pour développer des systèmes de stockage d'hydrogène. Ceux-ci pourraient remplacer les anciennes motrices diesel sur des lignes ferroviaires régionales non électrifiées.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Alstom et Plastic Omnium s'allient dans les trains à hydrogène
Plastic Omnium prévoit de générer trois milliards d'euros dans l'hydrogène d'ici à 2030. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

Deux grands groupes français s'associent pour ne pas louper le train de l'hydrogène, souvent présenté comme l'une des clés de la transition écologique. Alstom et Plastic Omnium ont annoncé, mardi 21 septembre, la signature d'un protocole d'accord pour développer des systèmes de stockage d'hydrogène. Ces derniers auraient pour objectif de se substituer aux motrices diesel des lignes ferroviaires non électrifiées, et pourraient être déployés en France et en Italie dès 2022. Les trains issus du partenariat embarqueront entre 40 et 50 réservoirs d'hydrogène fabriqués en Belgique par Plastic Omnium, offrant une autonomie de 600 kilomètres.

"Le train régional hydrogène permet d'associer le zéro émission et d'éviter des investissements pharaoniques qui pourraient être nécessaires pour électrifier des milliers de kilomètres", a expliqué à Reuters Marc Perraudin, directeur des nouvelles énergies chez Plastic Omnium. De son côté, le directeur commercial d'Alstom Thierry Best a salué dans un communiqué "une étape importante pour créer une chaîne de valeur robuste et innovante dans le ferroviaire hydrogène".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

De multiples contrats

Depuis plusieurs années, les deux entreprises ont multiplié les investissements pour tenter de devenir des leaders sur cette source d'énergie. En avril, le géant du ferroviaire a d'ailleurs décroché auprès de SNCF Voyageurs sa première commande française de trains à hydrogène, pour le compte de quatre régions.

Quelques jours plus tôt, le groupe avait racheté à Areva sa filiale Helion Hydrogen Power, une pépite d'innovation. Alstom entend notamment rattraper le retard que la France accuse par rapport à ses voisins dans ce secteur.

Pour l'équipementier Plastic Omnium, l'hydrogène est même devenu une priorité : il prévoit de générer trois milliards d'euros dans cette source d'énergie d'ici à 2030. Afin d'atteindre cet objectif, il a récemment noué un partenariat avec le spécialiste de l'hydrogène McPhy visant à améliorer les performances de ses réservoirs haute pression. Une ambition qui séduit, puisque le jeune constructeur français Hopium, qui veut devenir le leader de la voiture à hydrogène, a choisi le groupe pour développer le système de stockage de sa future berline haut de gamme Machina.

Avec Reuters (Gilles Guillaume, édité par Jean-Stéphane Brosse)

0 Commentaire

Alstom et Plastic Omnium s'allient dans les trains à hydrogène

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS