Alstom et le FSI signent un accord définitif pour le rachat de Translohr

Le groupe alsacien en difficultés Lohr Industrie a signé jeudi 28 juin un accord définitif avec Alstom et le Fonds stratégique d'investissement (FSI) pour leur céder sa division de tramways sur pneus Translohr.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Alstom et le FSI signent un accord définitif pour le rachat de Translohr

"Le groupe Lohr confirme avoir signé aujourd'hui l'accord définitif de cession de l'activité Translohr au profit d'Alstom et du FSI", indique-t-il dans un communiqué.

Les détails de l’accord dévoilé le 11 juin dernier ont été finalisés. Les parties ont donc convenu que Translohr est cédé pour 35 millions d'euros. Il sera détenu à 51% par Alstom et 49% par le FSI.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Lohr espère ainsi résister au tumulte financier qui le secoue. Début juin, alors que les tractations autour de Translohr étaient au point mort, le groupe avait déclaré sa principale entité, Lohr Industrie, en cessation de paiement en vue d'un redressement judiciaire. Demain, vendredi 29 juin, le TGI de Strasbourg doit se prononcer sur la fin de cette procédure.

Le Tanslohr devrait désormais "bénéficier de l'organisation et du réseau commercial d'Alstom", ce qui lui permettra de se développer en France et à l'étranger, affirme la direction du groupe alsacien.

Il pourra ainsi "enrichir la liste de ses références déjà existantes : Clermont-Ferrand, Padoue, Venise-Mestre, Tianjin, Shanghai, Paris nord et sud-ouest (lignes T5 et T6 avec la RATP en cours de construction), et plus récemment Medellin".

Rien qui n’empêche les syndicats de craindre des coupes dans les effectifs : la direction aurait évoqué en interne 200 nouvelles suppressions d'emplois, après les 250 qui ont disparu en 2009 et 2010.

Pour les quelque 740 salariés qui devraient rester chez Lohr dans un premier temps, l'enjeu sera de "pérenniser" les autres activités du groupe, notamment les remorques de transports de voitures par camions, un marché qui a chuté de 90% avec la crise, selon la direction, mais "qui arrive progressivement dans une période de renouvellement obligatoire".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS