Alstom et Areva posent des jalons au Maroc

Malgré l'échec du Rafale, la première journée de la visite officielle de Nicolas Sarkozy au royaume chérifien a été marquée par les succès d'Alstom et d'Areva. Ces derniers ont signé des protocoles d'accord portant sur des coopérations à long terme.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Alstom et Areva posent des jalons au Maroc
Nicolas Sarkozy a endossé son costume de VRP. Le président de la République a entamé hier une visite officielle au Maroc de trois jours, pendant laquelle « une quinzaine » de contrats devraient être signés. «Mon ambition est de construire avec le Maroc une coopération de défense et d'armement qui soit à la hauteur de notre partenariat politique. Ma visite devrait permettre d'avancer dans cette direction », a-t-il expliqué dans une interview au journal marocain Assabah de lundi.

Premier dossier, le Rafale. Au soir du premier jour de la visite, l'entourage du président français prenait acte du choix par les Marocains du F16 américain. « On ne peut pas penser que la France a droit à tous les contrats parce qu'il y a eu le protectorat. Il n'y a pas de chasse gardée, il faut l'accepter et on l'accepte. On est dans un monde concurrentiel », déclarait un proche conseiller de l'Elysée, faisant contre mauvaise fortune bon cœur. « Pour la tranche actuelle (de renouvellement de la flotte aérienne militaire marocaine), c'est terminé », a-t-il souligné. Mais « en termes de contrats militaires, nous allons signer pour autant » d'argent que si la France vendait au Maroc 18 Rafale. L'Hexagone fournira en effet une frégate polyvalente FREMM au Maroc (environ 500 millions d'euros), modernisera 25 hélicoptères Puma et 140 véhicules de l'avant blindés de l'armée marocaine et fournira à Rabat un système de surveillance des frontières, a précisé le porte-parole de la présidence française.

3 milliards d'euros pour le TGV

Autre contrat, celui-ci plus sûr, le TGV. A l'issue d'un l'entretien entre le Président et le roi, le ministre français de l'Ecologie Jean-Louis Borloo et le ministre marocain des Transports Karim Ghellab ont signé un protocole d'accord sur la construction d'une ligne de train à grande vitesse (TGV) entre Tanger et Casablanca. La ligne TGV Tanger-Kenitra-Casablanca, qui permettra de réduire à 1h30 le temps de trajet entre ces deux villes au lieu de plus de quatre heures et doit entrer en service à la mi-2013, est la première phase d'un programme de développement des trains à grande vitesse au Maroc. La première tranche porterait sur un montant d'environ 1,8 milliard d'euros pour un projet total évalué à 3 milliards et une mise en service prévue entre 2012 et 2015. Hors projet TGV, Alstom et l'Office national des chemins de fer (ONCF) marocains ont par ailleurs signé un contrat portant sur la fourniture par le groupe français de 20 locomotives pour un montant de 74 millions d'euros.

De son côté, la présidente d'Areva a signé un protocole d'accord avec l'Office chérifien des phosphates pour une coopération « en matière de recherches dans le domaine de l'extraction de l'uranium à partir de l'acide phosphatique. »Nous allons travailler sur des programme de recherche et développement avec l'OCP sur l'extraction de l'uranium des phosphates », a expliqué Anne Lauvergeon. « On considère qu'il y a plusieurs millions de tonnes d'uranium (dans le sol marocain). » « C'est le premier accord commercial dans ce domaine au Maroc », fait-on valoir dans l'entourage du président français. « Il va permettre de développer la coopération avec le Maroc dans le domaine du nucléaire civil. Un choix stratégique a été fait d'une coopération dans la durée entre les deux pays ».

Philippe Roger

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS