Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Alstom et Airbus : la moisson des contrats en Tunisie

,

Publié le

A l'occasion de la visite du Président français en Tunisie, les commandes tombent pour Alstom et Airbus. Avec son homologue tunisien, Ben Ali, Nicolas Sarkozy a également évoqué un partenariat nucléaire et le projet d'Union pour la Méditerranée.

Alstom et Airbus : la moisson des contrats en Tunisie

Nicolas Sarkozy a entamé hier une visite de quarante-huit heures en Tunisie, consacrée au développement des relations politiques et économiques très étroites qui unissent la France et son ancien protectorat (1881-1956). Au menu de ses entretiens avec le Président tunisien, Zine El Abidine Ben Ali, se trouvent en bonnes places la coopération nucléaire, le projet d'Union pour la Méditerranée (UPM) et la signature de contrats pour l'industrie française. Au second plan, les droits de l'Homme et les libertés publiques en Tunisie.

Marque de fabrique de la diplomatie sarkozienne, Paris propose à Tunis un accord-cadre de collaboration sur la technologie nucléaire civile, similaire à ceux paraphés avec la Libye, le Maroc et l'Algérie. Ce texte envisage la livraison d'un ou plusieurs réacteurs d'ici quinze à vingt ans.

Si Nicolas Sarkozy n'a obtenu le ralliement de ses partenaires européens (surtout l'Allemagne) à l'Union pour la Méditerranée qu'au prix de sérieux amendements, la Tunisie a, elle, immédiatement soutenu son initiative de partenariat privilégie entre l'Union Européenne et ses voisins de l'autre rive méditerranéenne. La Tunisie est d'ailleurs le premier pays du sud de la Méditerranée à être entré en zone de libre-échange avec l'UE, début janvier 2008. Le Président Ben Ali briguerait même le secrétariat général de la future organisation, qui pourrait être lancée en grande pompe lors d'un sommet à Paris le 13 juillet, alors que la France aura tout juste pris la présidence européenne.

La France, premier partenaire de la Tunisie

Fidèle à une autre tradition beaucoup plus ancienne, le Président Sarkozy, escorté par une centaine de patrons français, vient glaner des contrats, renforçant la position de la France en qualité de partenaire économique n° 1 de la Tunisie.

Première récolte : Alstom remporte un appel d'offres, face à Siemens, pour une centrale thermique de 400 mégawatts. Le contrat, d'un montant de 360 millions d'euros, devrait être signé dans les prochains jours. Dans la région de Gabès, la centrale à cycle combiné de Ghannouch permettra de couvrir une grande partie des besoins en électricité du sud tunisien.

De son côté, Tunisair a signé avec Airbus une commande ferme de seize avions (10 A320, 3 A330-200 et 3 A350), agrémentée de trois autres appareils en option (2 A320 et 1 A350). Tunisair, qui possède une flotte exclusivement composée d'avions Airbus, devient donc une des compagnies de lancement du long-courrier A350. Portant sur un prix catalogue d'environ un milliard d'euros, cet accord comprend un volet industriel qui conduirait, via la sous-traitance, à la création de 2 000 emplois dans l'aéronautique en Tunisie. Latécoère, qui hésitait avec le Maroc, pourrait bien y ouvrir une nouvelle usine de quelque 1 000 salariés. L'équipementier toulousain est déjà implanté dans ces deux pays du Maghreb.

Matthieu Maury

A lire également (pour les abonnés) : Le Maghreb veut monter en gamme

inscrivez-vous aux webinaires

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle