Alstom est dans le vent au Brésil

Le groupe français s'est allié à un partenaire local, Desenvix, pour la construction de trois fermes éoliennes dans l'Etat de Bahia. C’est le premier contrat du genre qu’Alstom remporte, alors que la production d’électricité obtenue grâce au vent amorce son décollage dans le plus important pays sud-américain. Les projets foisonnent, principalement dans la région du Nordeste.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Alstom est dans le vent au Brésil

Une étude récente montre que le Brésil enregistrait une croissance deux fois plus élevée que la moyenne mondiale dans la production d’énergie éolienne. Elle émane du Conseil mondial de l’Energie éolienne.

Les projets dans ce domaine s’avèrent foisonnants: les turbines éoliennes appelées à pousser dans le paysage brésilien pourraient bien fournir 10 gigawatts à l’horizon 2020. Tels sont, en tout cas, les objectifs que le gouvernement fédéral s’est assignés, dans le cadre du Proinfa, le Programme d’encouragement aux sources alternatives d’énergie.

Dans un tel contexte, on comprend mieux l’enthousiasme manifesté par Alstom, qui vient d’annoncer - le 9 juillet 2010 - la signature d’un partenariat sur un projet spécifique avec Desenvix, filiale d’un groupe brésilien spécialisé dans l’ingénierie à des fins énergétiques. Alstom et Desenvix vont construire, ensemble, un complexe de trois fermes éoliennes, baptisé Brotas, dans l’Etat de la Bahia.

FABRICATION EN ESPAGNE ET AU BRESIL

C’est le premier contrat que remporte Alstom sur le marché très prometteur de l’éolien dans le plus vaste pays d’Amérique du Sud.
En vertu d'un tel contrat, la division Energie du groupe français va fournir 57 éoliennes ECO 86, d’une puissance de 1,67 MW chacune. Les principales pièces seront conçues en Espagne et au Brésil. L’assemblage se fera à Brotas même, la mise en service étant prévue d’ici à juillet 2011.

Entre parenthèses, Alstom et Engevix sont de «vieux amis» sous le soleil brésilien. Au cours des trente années écoulées, ils ont participé à maints projets hydroélectriques, aussi bien des grosses centrale que des «unités de poche».

Diversifier les sources de production d’énergie, pour éviter une trop grande dépendance par rapport au parc hydroélectrique: c’est précisément le dessein des autorités brésiliennes, non seulement à Brasilia, où siège le pouvoir central, mais également dans plusieurs Etats, en particulier ceux du Nordeste (45 millions d’habitants, soit un quart de la population nationale) dont les côtes sont fouettées par des vents fougueux et incessants.

PENDANT LA LONGUE PERIODE DE SECHERESSE

Un document intitulé «The Brazilian Wind Industry» met en exergue l’extraordinaire potentiel du Nordeste, qui bénéficie de l’apport de 54 % des vents balayant le Brésil. Pas lieu de s’étonner du fait qu’une majorité écrasante des 38 parcs et fermes éoliennes dénombrées sur le territoire brésilien à la fin 2009 se situent dans ces trois Etats: le Ceara, le Rio Grande do Norte et la Paraiba.
Or, le potentiel le plus riche en termes de production d’énergie éolienne coïncide avec la longue période de sécheresse qui s’étend de juin à décembre, quand les vents, en réalité, redoublent d’intensité, faisant courber l’échine des palmiers le long des plages… et accélérant la ronde folle des éoliennes !

EN 2012, UNE CAPACITE DE 3,482 MW

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les 38 parcs ci-dessus mentionnés avaient une capacité installée de 710 MG. Cela correspond à la consommation d’électricité d’une ville comptant 300.000 foyers. Bien que la première turbine à vent au Brésil ait été installée en 1992, plus précisément sur l’Ile de Fernando de Noronha, les projets dans ce domaine ont commencé à prendre de l’ampleur à la fin des années 90.
En 2008, la capacité installée était de 34 MW. En vertu de tous les projets amenés à se concrétiser prochainement, les spécialistes estiment qu’en 2012 cette capacité devrait bondir à 3,482 MW. Rien que dans l’Etat du Ceara, où une soixantaine de projets fleuriront jusqu’en 2012, la production d’énergie éolienne devrait représenter 708 MW, selon le site brésilien energiahoje.

Les principaux industriels impliqués dans de tels projets, outre Alstom, sont les suivants: Iberdrola, Pacific Hydro, AES, Tractebel, Servtec Group, IMPSA, Energimp, EDP, Enerbrasil, Slif Energies, Enerfin et Ventos do Sul.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS