Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Alstom deviendra-t-il américain la semaine prochaine ?

Manuel Moragues , , , ,

Publié le

Analyse C’est dès la semaine prochaine qu’Alstom et General Electric pourraient annoncer, selon Bloomberg, un accord sur le rachat du français par l’américain. Une opération qui verrait le champion tricolore du rail et de l’énergie passer avec ses technologies clés sous pavillon étranger.

Alstom deviendra-t-il américain la semaine prochaine ? © D.R.

Les discussions seraient très avancées selon Bloomberg, au point de voir un accord annoncé dès la semaine prochaine. General Electric achèterait Alstom pour plus de 13 milliards de dollars (9,4 milliards d'euros). Cette opération spectaculaire n’est pour l’instant qu’une rumeur, qui fait suite à celles qui ont émaillé le début de l’année 2014 avec les difficultés financières d’Alstom. Un désengagement de Bouygues, qui détient 29,4% du capital d’Alstom, avait été évoqué, ainsi qu’un audit de l’Etat, une augmentation de capital…

Alstom avait démenti ces rumeurs, comme il dément, ce jeudi 24 avril, le projet d’acquisition par General Electric. L'américain, quant à lui, reste muet. Bouygues, qui, selon les sources de Bloomberg, serait en faveur de l’acquisition, s’est borné à indiquer à Reuters qu’il soutenait Alstom dans ses choix. Une voix manque encore, celle du ministre de l’Economie, Arnaud Montebourg. Selon Bloomberg, GE et Alstom seraient déjà en discussion avec le gouvernement français.

Quelle réaction d'Arnaud Montebourg ?

Il n’y avait pas de porte-parole du ministre disponible, jeudi matin, pour commenter ces rumeurs. Il paraît cependant difficile de croire qu’Arnaud Montebourg verrait d’un bon oeil le passage sous pavillon étranger de ce champion industriel français très fortement lié à la SNCF et EDF et qui emploie 18 000 salariés dans l’Hexagone. Le ministre s’était opposé l’an dernier au rachat du français Dailymotion par l’américain Yahoo. Le feuilleton des hauts-fourneaux de Florange avait aussi vu Arnaud Montebourg déclarer qu’il ne voulait plus de Lakshmi Mittal en France. Jeff Immelt, le PDG de GE, aura-t-il un meilleur accueil que celui d’ArcelorMittal ?

Le groupe américain aurait en tout cas tout intérêt à soigner ses relations avec le ministre. L’acquisition d’Alstom s’inscrirait parfaitement dans la stratégie de recentrage du conglomérat sur ses activités industrielles dans laquelle Jeff Immelt a engagé son groupe. Gonflé de quelque 89 milliards d’euros de cash à la fin 2013, GE n’aurait aucun mal à se payer Alstom, qui lui permettrait de se renforcer considérablement dans l’énergie et le ferroviaire. Dans le gaz et le charbon, où il est déjà très présent, mais aussi dans l’hydroélectricité, où le rang de numéro 1 mondial d’Alstom lui permettrait de faire un retour en force dans ce secteur.

Technologies clés dans le ferroviaire et les réseaux

L’américain mettrait aussi la main sur des technologies clés dans le ferroviaire, avec bien sûr le TGV, mais aussi la signalisation : le système européen ERTMS qui s’impose sur toutes les grandes lignes du monde, et le système CBTC qui automatise métros et navettes. Côté réseaux électriques, les technologies d’Alstom de pilotage des flux d’électricité et de courant continu à haute tension seraient aussi précieuses pour GE.

L’appétit de GE pour Alstom ne serait donc guère étonnant. D’autant qu’il ne serait pas nouvau. L’américain a déjà acquis l’usine de turbines à gaz d’Alstom à Belfort, en 1999. Avec l’acquisition de Converteam en 2011 pour 2,7 milliards d'euros, GE était parvenu à mettre la main sur la pépite dont Alstom avait dû se séparer fin 2005. Après le grignotage, la grande bouchée ?

Manuel Moragues

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

24/04/2014 - 14h54 -

Le rachat d'Alstom par une société étrangère ferait passer une pépite française de plus dans la giron US. De plus, il s'agit d'un grand groupe, donc structurant en savoir faire, en impact économique national (tirer des filières de PME), voire de souveraineté en regard des produits réalisés. En Allemagne, cela n'arriverait pas ou très difficilement pour ces raisons notamment. Il ne faut pas laisser partir Alstom ! Alliances pourquoi pas, mais pas prise de contrôle.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle