Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Alstom dégaine toute une batterie d'innovations dans la mobilité intelligente

Olivier Cognasse , ,

Publié le , mis à jour le 02/05/2017 À 11H47

Une première expérimentation de garage autonome, une carte de métro intelligente, une circulation des voyageurs optimisée, une maintenance prédictive,… Alstom a présenté à la Cité du Cinéma une batterie d’innovations pour rendre la mobilité plus intelligente.

Alstom dégaine toute une batterie d'innovations dans la mobilité intelligente
Henri Poupart-Lafarge, patron d'Alstom
© Alstom - PO CALLEDE-CAPAPICTURES

Quel symbole ! La Cité du Cinéma de Luc Besson, où sont exposés les véhicules du  "Cinquième élément". Et surtout cette ancienne centrale électrique construite à Saint-Denis par… Alstom, et destinée à alimenter le métro parisien. Un décor tout trouvé pour le show du patron d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge venu présenter, ce jeudi 27 avril, les dernières innovations dans le domaine de la mobilité intelligente à quelques jours du Sommet mondial des transports publics (UITP) qui se tiendra cette année à Montréal (Canada) du 15 au 17 mai.

L’autonomie est au centre des nouvelles solutions de mobilité. A commencer par la navette autonome. Alstom a noué un partenariat avec Easymile – il reste discret sur sa participation dans le capital – et va l’intégrer dans son offre systèmes. Après les tests sur le pont Charles-de-Gaulle entre les gares de Lyon et d’Austerlitz, les prochains auront lieu à La Défense. Mais la grande nouveauté est la première expérimentation réalisée avec la RATP de garage autonome d’un tramway en dépôt à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Un projet qui a duré six mois, alors que des tests complémentaires sont prévus au second semestre cette année. Alstom a utilisé en partie la technologie d’Easymile.

Vers plus de trains autonomes

Ce mouvement ne devrait pas s’arrêter là. Peut-être que le fameux concept bus électrique Aptis roulera un jour sans chauffeur. Henri Poupart-Lafarge évoque "les futurs trains autonomes et la volonté d’Alstom de devenir le leader de l’autonomie dans les années 2020", mais il ne croit pas à la concurrence d’Hyperloop. "Il  n’est pas un concurrent du train. Il n’a pas les mêmes capacités. C’est un autre type de mobilité. Nous pourrons l’intégrer dans nos solutions si c’est un succès."

Alstom lance également des solutions pour les voyageurs dans le cadre de Metrolab, l’incubateur du métro de demain. A commencer par Optimet OrbanMap, un système d’information dynamique en temps réel proposé aux voyageurs dans les stations de métro pour fluidifier le trafic. Il délivrera des informations en temps réel sur les conditions de trafic, les estimations de temps de trajet. Il permet de voir, en un coup d'œil, le réseau de métro, son activité, la position des trains, les temps de trajet, les interruptions de service et le niveau de confort à bord des trains.

L’autre solution, Optimet real-time train occupancy, indique le taux d'occupation par voiture. "Une aide visuelle de couleur au niveau des portes permettra de savoir s’il reste des places dans la voiture. Ce qui permet aussi de gagner du temps en station", précise-t-on chez Alstom. Les données sont collectées grâce à des capteurs, transformées en algorithme et envoyées à la station suivante.

Partenariat avec Airbus sur la cybersécurité

Autre innovation majeure : le "chef d’orchestre de tous les modes de transport public en ville". Il s’agit de Mastria, une solution de supervision multimodale qui permet une analyse prédictive et automatique des données. Ainsi, les opérateurs et les différents modes de transport sont connectés. "L'objectif est d'accroître au maximum la fluidité entre les différents moyens de transport d'une ville et d'organiser le parcours des voyageurs", précise-t-on chez l’industriel français. Une solution qui risque de concurrencer celles qui sont développées par les opérateurs de transport comme Keolis et Transdev…

Enfin, la digitalisation du transport nécessite de mettre en place des garde-fous. Alstom a signé un contrat de partenariat avec Airbus. "Airbus est très avancé dans le domaine de la cybersécurité et nous sommes fiers de bénéficier de son savoir-faire pour développer nos solutions", a déclaré Henri Poupart-Lafarge. Il s’agit d’utiliser les bonnes procédures, de sécuriser l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement et notamment les cartes électroniques livrées par les fournisseurs. Ce programme portera sur le co-développement de services d’analyse de vulnérabilité des systèmes de transport, de nouvelles briques de protection et une nouvelle génération de centre de sécurité opérationnelle. La mobilité intelligente doit être sécurisée avant d’aller encore plus loin.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle