Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Isri France produit en flux tendu

Publié le

Pari tenu, pour Isri France, qui devait, en moins d'un an, doubler sa production et passer en flux tendu afin de livrer le site Mercedes de Wörth, en Allemagne.

Dix mois seulement ont suffi à la société Isri France pour obtenir des collectivités locales le détournement de la route qui jouxtait l'usine, construire une extension de 10 000 mètres carrés et repenser toute l'organisation de la production. La filiale de l'équipementier allemand Aunde Isri n'avait, il est vrai, guère le choix : c'était cela... ou mettre la clé sous la porte. Depuis 1974, le site de Merckwiller, dans le Bas-Rhin, livre des sous-ensembles de sièges suspendus pour poids lourds à l'usine Mercedes de Wörth, à 60 kilomètres au nord-est, en Allemagne. En juin 1995, le constructeur, qui assurait jusqu'alors la finition des sièges, décide de sous-traiter cette activité. Et informe l'équipementier Isri qu'il devient son unique fournisseur. Deux conditions à ce nouveau statut : reprendre la fabrication des sièges statiques assurée en interne par Mercedes et passer au juste-à-temps. D'autre part, la nouvelle organisation doit se mettre en place dans l'année. " Nous avons hésité entre plusieurs solutions, explique Joseph Beck, directeur-gérant d'Isri France. Soit continuer à livrer à partir de Merckwiller, soit nous installer à Wörth, voire sur le site même de Mercedes. " Isri choisit la première solution, pour des raisons autant économiques que sociales. Les coûts de construction sont plus élevés en Allemagne ; de même, les salaires y sont supérieurs de 30 %. Le développement du site de Merckwiller se révèle préférable. Toutefois, " la difficulté consistait à étendre nos bâtiments tout en continuant à assurer la fabrication ", poursuit Joseph Beck. Une équipe d'ingénierie simultanée se met en place dès le mois d'août 1995. Elle réunit les méthodes, la logistique et les architectes. Les études sont bouclées en trois mois. En décembre, le chantier peut démarrer, alors que, dès novembre, Isri livre déjà ses premiers sièges complets. A la fin du mois de mai, au cours du week-end de la Pentecôte, le transfert de production se fait dans le nouveau bâtiment. L'usine, qui réalisait jusqu'alors, quotidiennement, 300 structures mécanosoudées, fabrique désormais 600 sièges complets, avec 250 salariés. Il faudra quarante-huit heures pour passer au flux tendu. Aujourd'hui, la production est réglée selon des cycles de deux cent quarante minutes. Ainsi, dès qu'un camion quitte l'atelier de peinture de Wörth, parallèlement, à Merckwiller, la commande des sièges tombe sur les écrans des ordinateurs. En dix minutes, la production doit démarrer. Il en faudra dix autres pour réaliser n'importe quel siège standard. Et cela jusqu'à une heure et demie pour les variantes " luxe ". En effet, pour ces dernières, l'organisation diffère : la commande part dès l'entrée de la cabine en peinture. Une heure de transport est en effet nécessaire, au rythme d'un voyage par heure. Plus l'incontournable marge de sécurité. L'hypothèse d'un stock minimal, un temps envisagée, a été abandonnée. Entre le choix du pneumatique ou du statique, les matières, le chauffage, la couleur et les options de réglage, il existe plus de 500 variantes ! Pour garantir le flux tendu, Isri a opté pour un système kanban et a investi dans une transitique. Opérationnelle depuis octobre, c'est elle qui assure le convoyage et la mise en ordre des sièges de telle sorte que le premier commandé soit également le dernier chargé... Au total, Isri a investi 60 millions de francs dans cette nouvelle organisation. Dont 40 millions dans les infrastructures. Tandis que l'ancien hall de 7 000 mètres carrés accueille les matières premières et la mécanosoudure, le nouveau bâtiment est dédié à la confection des variantes de sièges et à la logistique. Largement vitré, climatisé, c'est une réussite architecturale et technique : pas une poutrelle, dans cet espace long de 150 mètres sur 45 de large. " Pour livrer une production de qualité, il faut se mettre dans des conditions optimales ", estime Joseph Beck. Le passage au flux tendu n'en constitue pas moins un pari difficile, sur le plan technique comme sur le plan social. Soumise aux rythmes de son commanditaire, l'usine a dû périodiquement prolonger jusqu'à 23 heures l'horaire du soir, et tourner le samedi matin. " Cela demande une évolution des mentalités ", reconnaît le gérant d'Isri France en donnant un " énorme coup de chapeau " à son équipe.



Leader du siège pour poids lourds

Le groupe Aunde Isri résulte de la fusion de deux sociétés familiales : Aunde, spécialisée dans le textile et le siège de voiture, et Isri, fabricant de ressorts de soupape et de sièges pour l'industrie de l'automobile. Le groupe revendique 95 % du marché européen du siège pour poids lourds.

· Chiffre d'affaires : 5 milliards de francs en 1995.

· Effectifs : 5 000 salariés.

· Sites de production : 35 usines dans 18 pays.

La filiale Isri France

· Sites de production : Pechelbronn (Bas-Rhin) pour les ressorts de soupape et les plateaux d'embrayage (130 personnes), Merckwiller (Bas-Rhin) pour les sièges de poids lourds, essentiellement pour Mercedes (250 personnes), et Gien (Loiret) pour les sièges de poids lourds, essentiellement pour RVI (130 personnes).

· Chiffre d'affaires 350 millions de francs en 1995 ; 450 millions prévus pour 1996.

· Résultat net pour 1995 : 2 millions de francs net, du fait d'investissements importants.



Formé à l'école de Michelin

Joseph Beck
, directeur-gérant d'Isri France

Parti avec un simple BTS d'électrotechnique, Joseph Beck se considère comme un autodidacte. " Je souhaitais entrer dans une grande structure qui me permette de compléter ma formation ", explique ce responsable de 41 ans. Il tente d'abord sa chance à l'Ecole militaire de Strasbourg, puis entre chez Michelin, à Karlsruhe, en Allemagne, où il trouve enfin " son " école. Bénéficiant de la formation maison, il évoluera dans l'organisation industrielle, de la production à la maintenance, puis à la qualité. Avant de rejoindre, voilà trois ans, Isri, qui lui permet de " continuer d'évoluer ". Pour cet Alsacien bilingue, passer d'une entreprise française en Allemagne à la direction d'une entreprise allemande en France relève d'un cheminement naturel. Embauché comme directeur de l'usine de Merckwiller, il est depuis dix-huit mois gérant d'Isri France.

USINE NOUVELLE N°2576

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle