Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Campus

"Alors que la situation climatique et les inégalités de notre société s'aggravent, je suis perdu", le discours fort d'un jeune ingénieur de Centrale Nantes

Sybille Aoudjhane , , , ,

Publié le

Vidéo Lors de sa remise de diplôme, l'ancien élève de Centrale Nantes, Clément Choisne, a fait un discours peu conforme : il souligne l'importance de se poser les bonnes questions et de mesurer ses actes par rapport à la transition énergétique. 

Alors que la situation climatique et les inégalités de notre société s'aggravent, je suis perdu, le discours fort d'un jeune ingénieur de Centrale Nantes
Clément Choisne, ancien élève de Centrale Nantes, lors du discours de remise des diplômes.
© Youtube/Clément Choisne

Le discours a été visionné plus de 80 000 fois. Clément Choisne, ancien élève de Centrale Nantes a fait le "buzz" sur internet grâce à son discours de remise de diplômes. Le futur ingénieur prononce devant toute l’assemblée des paroles fortes et peu conformes aux discours de fin d’étude.

On se serait attendu à une liste de remerciements interminables, à des hommages et à une rétrospective sur la riche année passée ensemble. Ce sont des mots plus percutants qui rythment le discours de Clément Choisne, qui l’introduit par une citation d’Albert Camus, lors de son discours de réception du prix Nobel de littérature, à Stockholm, le 10 décembre 1957: "chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse."

La tonalité est donnée. "Alors que la situation climatique et les inégalités de notre société ne cessent de s’aggraver, que le GIEC pleure et que les êtres se meurent, je suis perdu", continue -t-il. L’ancien élève dresse un bilan du monde et de l’enseignement qu’on lui a donné, peu conformes à ses idéaux.

Le jeune homme parle éthique, budget du développement durable, grands groupes industriels, … et s’adresse directement à son directeur : "je prends aujourd'hui la parole pour vous dire que je pense que vous vous trompez sur la vision que vous avez sur la transition écologique et les moyens que vous y attribuez".

 

 

Une mobilisation pour le climat 

France 3 Pays de la Loire a interrogé Clément Choisne : "ça a été très bien reçu par la salle", explique-t-il au média, "après la cérémonie de nombreux élèves et parents sont venus me voir pour me féliciter et me remercier de cette prise de parole". Et d’ajouter : "Il faut avant toute chose penser à la réduction drastique de notre demande énergétique (sobriété énergétique) et je n’ai que trop peu entendu ce message dans le cadre de ma formation".

Entré à Centrale Nantes en 2014, l’ancien élève reconnait tout de même y avoir appris à se poser des questions et que l’école agit dans le domaine du développement durable notamment dans le projet Floatgen, la première éolienne flottante en France. Le discours est concomitant à un regain de dynamisme pour la cause climatique, alors que plus de 28 000 élèves ont signé Le Manifeste étudiant pour un réveil écologique et la pétition L’Affaire du Siècle a été signée par plus d’1,6 million de personnes. 

Réagir à cet article

4 commentaires

Nom profil

29/12/2018 - 16h26 -

Moi je suis perdu par la "perdition" du Centralien. Apparemment le dogme du réchauffement climatique causé par l'homme semble définitivement acquis. si ce postulat est faux tout le reste le devient.... Certes il y a beaucoup d'argent à faire pour certains" happy fews" au frais des contribuables mais ne pas comprendre que la jacquerie actuelle est le premier effet visible des décisions du Grenelle Sarkozien et de la cop 21 Hollandaise ,va conduire à des dégâts considérables de notre société car désormais anarchistes ,utopistes et communistes nostalgiques se sont infiltrés partout sans compter bien entendu les manipulateurs au service du pouvoir. si l'éolien ou les panneaux solaires sont notre avenir alors supprimons les subventions et voyons s il y a toujours des promoteurs A ma connaissance les pétroliers ne demandent pas de subventions pour creuser et distribuer à leurs frais....y compris chez nous si le ayatollahs verts n'étaient infiltrés partout
Répondre au commentaire
Nom profil

06/02/2019 - 14h39 -

Il ne s'agit en rien d'un dogme mais d'un faisceau de faits établis à travers des d'études scientifiques, portant sur des domaines de compétence différents. Le réchauffement est un fait mesurable, même parmi les climato-sceptiques (hormis TRUMP) personne ne s'aventure à le contredire. La quantité de CO² ou de méthane rejetée dans l'atmosphère du fait des activités humaines est tout à fait quantifiable. L'étude des 2 courbes montre que l'augmentation du CO² précède l'augmentation de température. Aucune étude n'a mis en évidence de facteurs autres, qui soient en mesure d'expliquer le réchauffement. si vous avez des sources scientifiques qui sont en contradiction, il serait intéressant que vous les rendiez publiques afin que chacun puisse en faire une lecture critique. Libre à vous de croire que les 2 courbes ne sont pas corrélées, mais dans ce cas, il faudrait pouvoir avancer un modèle expliquant le réchauffement constaté.
Répondre au commentaire
Nom profil

26/12/2018 - 18h37 -

Je comprends que son discours est très réaliste pour Un homme si jeune. Ce garçon est un homme de valeur et j'espère qu'il y ira loin !!!
Répondre au commentaire
Nom profil

24/12/2018 - 17h58 -

C'est très tendance d'être disruptif dans ses propos parce que ça permet de se faire applaudir lorsqu'on flatte les egos. Mais ça n'apporte pas grand chose si on se trompe d'objectif ? Pour ma part, je pense que le développement durable n'a rien à voir avec la réduction énergétique qui est conditionnée par les besoins. Si le développement est "durable" c'est à dire renouvelable et en accord avec les nécessités de transformations du modèle énergétique, alors nous pourrions continuer à nous développer sans nous soucier des conditions dans lesquelles l'énergie sera produite ! Les commentaires sont des influences qui invitent au changement,mais c'est avec des idées,les systèmes qui en découlent, et des moyens qu'on produit le changement.
Répondre au commentaire
Nom profil

24/12/2018 - 17h18 -

Sauf que pour répondre au changement climatique en France, donc pour réduire les émissions de CO2, il ne faut pas s'attaquer à la production d'électricité : remplacer du nucléaire par du photovoltaique ou éolien ne réduira pas les émissions d'un iota. Il faut s'attaquer aux transport et au chauffage dans l'habitat. Dommage qu'un Ingénieur de la prestigieuse école Centrale fasse une telle erreur.
Répondre au commentaire
Nom profil

29/12/2018 - 19h47 -

C'est justement pour cela que je précise que la première réponse devrait être "la réduction drastique de notre demande énergétique". Dès lors je ne pense pas avoir commis d'erreur. D'articles en articles mes propos sont tronqués pour les "bienfaits" du superficiel et du buzz évitez de me prêter des paroles que je n'aurais pas eues, vérifiez vos informations :)
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les thèmes de L'Usine Campus


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle